(Photo by ISHARA S. KODIKARA / AFP)

La ministre de la Santé du Sri Lanka a été destituée lundi pour sa gestion de l’épidémie de coronavirus dans le pays où le nombre de contaminations et de décès ne cesse d’augmenter.

Le bureau du président Gotabaya Rajapaksa a nommé le ministre des médias Keheliya Rambukwella, également porte-parole du gouvernement, pour prendre sa succession. La ministre destituée de son portefeuille, Pavithra Wanniarachchi, demeure toutefois au gouvernement et prend les commandes du ministère des Transports.

Le ministère de la Santé dirigé par Mme Wanniarachchi avait été vivement critiqué la semaine dernière pour avoir sous-estimé le nombre de contaminations ayant dépassé les 3.000 cas quotidiens et celui des décès au-dessus de 150, submergeant hôpitaux et crématoriums. Les experts estiment que ces chiffres pourraient être en réalité trois fois supérieurs.

En janvier, la ministre Wanniarachchi avait encouragé la consommation d’une soi-disant « potion magigue » contre le virus, concoctée par un sorcier et qu’elle avait elle-même goûtée publiquement. Elle s’était également livrée à une cérémonie suivant les directives d’un dieu autoproclamé qui affirmait qu’elle pourrait mettre un terme à la pandémie sur l’île en versant de l’eau « bénite » dans une rivière.

Peu après, elle avait contracté le virus puis été hospitalisée en soins intensifs.

Le gouvernement a jusqu’à présent rejeté les appels à un confinement mais il a renforcé les mesures de restriction.

Les mariages et les fêtes seront interdits à partir de mardi, ainsi que les cérémonies d’État et les rassemblements publics jusqu’au 1er septembre. Les magasins, les restaurants devront respecter un couvre-feu nocturne dès lundi.

Par ailleurs, un nouveau ministère a été créé pour coordonner les activités de développement et confié au neveu du président Rajapaksa, Namal Rajapaksa, actuellement ministre de la Jeunesse et des Sports.

Cinq membres de la famille Rajapaksa font partie du cabinet, d’autres occupent aussi des ministères secondaires et des postes clés au sein du gouvernement qui régit l’île de 21 millions d’habitants depuis novembre 2019.

Le ministre des Affaires étrangères, Dinesh Gunawardena, et le ministre de l’Éducation, Gamini Lakshman Peiris, ont échangé leurs portefeuilles lors de ce remaniement, selon le communiqué du président.

M. Peiris avait déjà été ministre des Affaires étrangères sous la présidence de Mahinda Rajapaksa, frère et Premier ministre de l’actuel chef de l’État.