- Publicité -

Un comité américain vote en faveur de la pilule anti-Covid de Merck

Un comité de scientifiques indépendants américains s’est prononcé mardi en faveur de la pilule anti-Covid de Merck pour soigner certains adultes à risque, ouvrant la voie à son autorisation probable aux Etats-Unis dans les jours à venir.

- Publicité -

Ce médicament, le molnupiravir, a déjà été approuvé début novembre en Grande-Bretagne, où il est commercialisé sous le nom de Lagevrio.

Les traitements antiviraux sont très attendus car ils doivent permettre de diminuer les formes graves du Covid-19 à l’aide de comprimés pris simplement chez soi, rapidement après l’apparition des symptômes en cas d’infection.

L’Agence américaine des médicaments (FDA), qui a convoqué la réunion de mardi, aura le dernier mot sur l’octroi d’une autorisation d’urgence du médicament, après le vote non contraignant du comité.

Celui-ci a recommandé que le molnupiravir puisse être prescrit aux personnes atteintes de cas légers à modérés de la maladie et présentant un haut risque de développer un cas grave pouvant mener à une hospitalisation ou un décès (en cas d’obésité, d’âge avancé…).

« Il s’agit de la première opportunité qu’un traitement oral soit disponible » en dehors de l’hôpital pour cette population, a souligné David Hardy, membre du comité s’étant prononcé pour son autorisation en urgence.

Le vote des experts, intervenu au terme d’une journée de discussions retransmises en direct, s’est toutefois révélé serré, avec 13 voix pour et 10 contre. Plusieurs ont qualifié la décision de « difficile ».

Ils se sont notamment inquiétés de l’efficacité moins haute qu’initialement anticipé du traitement.

Selon des données publiées vendredi, les résultats complets de l’essai clinique sur 1.400 participants ont montré une réduction de 30% du taux d’hospitalisation et de décès chez les patients à risque. Or des résultats préliminaires, qui ne prenaient en compte qu’une partie des participants à l’essai, avaient d’abord avancé un chiffre de 50%.

La différence marquée est due à un nombre moindre d’hospitalisations parmi les personnes ayant reçu un placebo durant la deuxième moitié de l’essai, ce qui n’a pu être expliqué clairement par l’entreprise.

 

– Pas pour les femmes enceintes? –

 

Merck, connu sous le nom de MSD en dehors des Etats-Unis, a précisé lors d’une présentation devant le comité ne pas recommander l’usage du molnupiravir chez les femmes enceintes.

Mardi, de nombreux experts du comité ont également estimé que les femmes enceintes devraient éviter de prendre ce traitement, ou du moins en favoriser d’autres, comme les anticorps de synthèse, si disponibles.

Dans les documents publiés vendredi en amont de la réunion, la FDA avait relevé certains effets indésirables sur le développement des foetus lors des tests sur les animaux. Des observations effectuées sur des rats et lapins en gestation ont en effet montré que certaines portées avaient connu davantage de cas de malformation qu’au sein des groupes de contrôle.

Les enfants ne sont pas concernés par la décision de mardi, et des tests pédiatriques ne sont pas envisagés avant les résultats de tests en cours sur de jeunes rats.

Le traitement est administré dans les cinq jours après les premiers symptômes, deux fois par jour durant cinq jours.

Le molnupiravir fonctionne en introduisant une mutation dans le virus, qui a pour effet de l’empêcher de se répliquer.

 

– Efficace contre les variants –

 

Les experts ont également soulevé mardi des inquiétudes concernant la possibilité que le traitement génère de nouvelles mutations indésirables du virus, du fait de sa technologie.

« Le risque d’effets mutagènes (…) n’est pas fermement établi ou caractérisé », a déclaré Sankar Swaminathan, membre du comité, pour expliquer son vote contre la recommandation.

Daria Hazuda, biochimiste chez Merck, a toutefois souligné auprès de l’AFP que « ne pas traiter les patients et permettre au virus d’évoluer naturellement (était) un risque bien plus grand que la capacité du molnupiravir à diriger l’évolution ».

Ce mécanisme a en outre un avantage face aux nouveaux variants. Contrairement à d’autres traitements comme les anticorps de synthèse ou les vaccins, les antiviraux ne prennent en effet pas pour cible la protéine spike, qui sert au virus à entrer dans les cellules. Or le variant Omicron présente de nombreuses mutations précisément sur cette protéine, causant l’inquiétude des experts quant à l’efficacité des remèdes.

Au contraire, Merck s’attend à ce que le molnupiravir ait « une activité similaire contre n’importe quel nouveau variant », a déclaré durant la réunion mardi Daria Hazuda.

Pfizer développe aussi de son côté un traitement antiviral dont le nom commercial est paxlovid, qui fonctionne différemment, en bloquant une enzyme nécessaire à la réplication du virus.

Les Etats-Unis ont déjà commandé 3,1 millions de traitements à Merck et 10 millions à Pfizer.

ia-la/vgr

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour