- Publicité -

Blouz dan Mwan : le rap sensuel de Rodrigues

De : Joël Achille.

Ce vendredi soir s’annonçait sans histoire, pour une fois. Quelques verres, un peu de brouillard, que déjà les bras de Morphée nous effleuraient tendrement, dans un rythme qui tirerait lentement dans sa valse. C’est alors qu’il nous prit par surprise.

- Publicité -

Ça a commencé tout doucement. Le tendre souffle de crépitements rétro, les caresses de la guitare, le doux baiser d’une ligne de basse, le léger doigté sur le piano. Du blues, qui enlève les blouses.

Il n’en fallait pas plus pour amorcer la chevauchée « ziska matingra ». Du sale? Loin de là. Le rap dévoile ici l’élégance de charmants hommes. Un clip de tendresse et de sensualité, d’envies de « blues dan li, bouz dan li ». Une aventure à travers les terres rodriguaises.

Sorti dans la nuit de vendredi, Blouz dan Mwan s’élève aisément au rang des meilleurs clips réalisés, tant à Rodrigues qu’à Maurice. Neuf mois, entrecoupés de pauses, ont été nécessaires à Fabien Etienne pour produire ce chef-d’oeuvre.

De sa chambre à Rivière-Coco, en passant par Montagne-Cabri-Est, Mont-Lubin, Deux-Goyaves, jusqu’aux champs de maïs de Maréchal. Rodrigues présente de somptueux paysages, et des décors minutieusement mis en place.

Sur les flots de Nigel Sa (Nigel Edouard) et Masaï coulent des paroles explicites, des histoires d’époux « ki pa sifi pou li ». Dès lors, le penchant vers un rap d’indécence était aisé. Le défi qu’a brillamment relevé l’équipe de production se situe dans la subtilité des messages érotiques, distillés au travers de couleurs, de fruits, des jeux de regards, par exemple.

Nul besoin d’images de « zip an ler ». Nul besoin de la vulgarité des paroles et discours à la « raptor » pour envouter. Avec Blouz dan Mwan, la puissance et la sensualité d’un ardent regard suffisent.

Bwat Proze prend le trend en cours à contre-pied et signe ici un somptueux opus qui évoque la sexualité et le fantasme féminins. Rappelant la majesté de la femme et le respect qui lui est dû.

Une œuvre orgasmique.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour