Voilà plus de deux mois depuis qu’ils n’ont pas reçu de visite. Scope est allé aux nouvelles. Rassurez-vous nos amis du parc animalier de Casela se portent très bien. Le confinement ne leur a pas été néfaste. Au contraire, constatent les soigneurs, cette période leur a fait de bons moments. Ils gambadent à l’aise, et profitent de leur semi-liberté dans la nature. Habitués à la présence des petits et grands, lions, girafes, rhinocéros et autres antilopes, attendent la reprise des visites.

L’atmosphère est paisible. Un temps clément, sec et légèrement venteux réchauffe le parc où le bruissement des feuilles se mêle parfaitement aux chants des oiseaux. Evans Gopal, responsable de la zoologie de Casela World of Adventure souligne : « La nature a définitivement repris le dessus. Ca ne peut qu’être bénéfique pour nos animaux”. Dans leurs espaces et enclos, chaque individu du parc vaque à ses occupations.

 

La nature reprend le dessus…

Bain de soleil pour certains. Longue sieste sous les arbres pour d’autres. Sevrage et moins de téter pour Nyota, le girafon mauricien âgé 7 mois et qui fait aujourd’hui 1m80. Une naissance est attendue chez une des vaches créoles. Et ailleurs dans le parc, séance de galopades en groupe, escapade en solo, le plaisir d’apprécier de longues pauses snacking et grignotages d’herbes, de feuillages ou de paillage, entre autres petits combats de mâles chez les oies pour ne pas se faire piquer leurs femelles tandis que chez la paire de rhinocéros blancs, Ella et Benji, le confinement est une aubaine pour adopter le mood peace & love.

En effet, depuis la fermeture le 20 mars, les 1 800 espèces animales en semi-liberté – excluant les félins – se sont réappropriées les 250 hectares du parc. Les nouvelles sont bonnes et rassurantes : « Ils se portent tous très bien et n’ont pas vraiment remarqué l’absence des visiteurs.” Voire même, il y a des petits changements dans leurs comportements puisqu’ils sont plus sereins, moins sur la défensive, et heureux de pouvoir profiter de ces quelques semaines de vacances. Même son de cloche du côté du Safari Adventures où Jim Mootoosamy, assistant animal coordinator, indique : “Nos lions, tigres, guépards, hyènes, servals et caracals sont en mode fainéants, zen et relax. Même s’ils profitent à fond de cette tranquillité, ces bêtes sont habitués au va-et-vient des visiteurs qui les maintiennent en action. Donc, avec mon équipe, nous faisons tout pour combler ce vide en attendant que les choses reprennent.”

Confinement et reproduction

Habituellement le parc ferme ses portes le 25 décembre, le 1er janvier ou en cas d’alerte cyclonique. Le reste de l’année, les animaux reçoivent quotidiennement de 800 à 1500 visiteurs locaux et étrangers. Actuellement, hormis la présence des soigneurs et des travailleurs sur des pelleteuses et autres machines effectuant un lifting des allées et la construction des nouvelles attractions, girafes, rhinocéros, lions, oiseaux, zèbres, tortues, dromadaires, macaques, paons, oies entre autres antilopes africaines peuvent donc se la couler douce. Et mieux encore, ce confinement coïncide avec la période d’accouplement et de reproduction. L’équipe s’attend d’ailleurs à “un baby-boom et éventuellement une augmentation de naissance dans les mois à venir.”

Si tout semble donc à la normale pour les animaux, néanmoins pour les soigneurs les choses ont été plus compliquées. À ce propos, Evans Gopal indique “Les 15 premiers jours, nous n’avions pas le nombre de permis nécessaires pour être présents sur place et nous occuper comme il se doit de tous les animaux du parc. Nous ne pouvions passer que 4 heures par jour avec eux au lieu de toute une journée. Heureusement, tout est revenu à la normale depuis le 18 mai.”

Rs 20 000 de nourriture par jour

Chaque jour, c’est environ de Rs 20 000 de nourriture (légumes, granulées, suppléments alimentaires), soit 450 kilos pour la partie safari et 150 kilos, pour les oiseaux qui sont distribués. Les soigneurs s’occupent aussi d’autres taches comme le nettoyage, des soins, les trainings d’habituation, sans oublier des sessions d’observation de tous les faits et gestes des animaux. “Avec ou sans la présence du public, le travail demeure rigoureux, minutieux et indispensable pour le bien-être de tous nos animaux.”

Sauf qu’il faut dorénavant prendre en compte les nouvelles dispositions sanitaires. Le responsable de la zoologie explique : « En matière de soins, il y a eu des changements pour mieux les protéger car au début on n’avait pas vraiment d’infos si ce virus se transmettait entre l’homme et l’animal. Nous savons maintenant qu’il n’y a pas de transmission. Ça nous soulage et facilite le travail. Mais ce n’est pas évident d’intégrer certaines recommandations sur le terrain. Il ne faut pas oublier que nous sommes comme dans une ferme et au contact de la terre. Nous faisons quand même le maximum et tout le monde est très coopératif.”

Nouvelle grille tarifaire et attractions

Si la reprise demeure toujours dans le flou, cela n’empêche pas l’équipe du Casela d’être déjà prête à accueillir les visiteurs. “Nous avons vraiment hâte de rouvrir le parc. Toute l’équipe aussi bien que le groupe Médine nous avons vraiment à cœur de rassurer et garantir la sécurité et le bien-être des animaux des employés et des visiteurs”.
Jennifer Berthelot, Communications & Public Relations Executive chez Casela World of Adventures indique que le parc n’accueillera pas plus de 240 visiteurs par heure. De plus, outre les marquages au sol, le respect de distanciation, la prise de température à l’entrée et à plusieurs autres points du site, la distribution de gel antibactérien, le port du masque ou encore un nettoyage régulier, les bus de safari seront modifiés avec la moitié des sièges enlevés. Il a aussi été prévu de faire moins d’interactions directes avec les animaux. “A la place nous proposerons au public de continuer à les nourrir mais uniquement avec des accessoires comme des assiettes, des bols ou des seaux”. Pas de reprise pour le horse & poney riding et au niveau de la tyrolienne. “Nous ne pouvons pas pratiquer ces activités sans manipulation et contact.

Les mesures sanitaires ne nous permettent pas de le faire”. Prenant en considération toute la réalité économique actuelle, une nouvelle grille tarifaire sera bientôt dévoilée comprenant un tarif d’entrée réduit aussi bien des formules à la carte pour les diverses activités. Sans oublier des nouvelles attractions en construction “pour offrir encore plus d’expériences aux Mauriciens.”