Sur Instagram, Facebook et d’autres réseaux sociaux certaines n’ont rien à cacher. Ou presque rien quand il s’agit de s’exposer en photo. Des images qui repoussent les limites, présentées comme de l’art ou simplement comme dans un jeu de séduction. Certaines disent vouloir s’affirmer et s’assumer, d’autres racontent le faire pour le fun ou pour aider les femmes à mieux s’assumer. Nous avons tenté de mettre cette tendance à nu.

Cela choque encore. Mais, la nudité sur certains réseaux sociaux se banalise de plus en plus. Dans les photos des abonnées s’affichent de plus en plus dans des vêtements légers, parfois sans, dans des postures sensuelles et sexy. Souvent, il s’agit de photos de différents niveaux de professionnalisme allant de selfies réalisés avec les portables à celles faites en studio dans les conditions optimales.
Alexandra (23 ans), Anastasia (19 ans), Shalini (28 ans) et Peanut Curls (24 ans) sont parmi celles qui se sont fait une renommée auprès de centaines de followers. Instagram est souvent la plateforme la plus utilisée. “Je poste sur Instagram surtout pour éviter à ce que mes parents ne tombent sur les photos. Mais je sais qu’ils finiront par être mis au courant un jour ou l’autre”, dit Alexandra. Shalini a choisi Facebook pour se montrer.
Chacune a franchi le pas pour des raisons différentes. Alexandra, au chômage, confie : “J’ai toujours eu ce délire, mais je n’avais jamais osé le faire avant. J’ai réellement commencé à m’y adonner après le confinement.” Anastasia dit avoir toujours pris l’habitude de s’habiller de façon très sexy. “J’ai toujours été ainsi. Je ne suis pas du genre à trop me couvrir quand je sors. Je suis d’ailleurs assez connue pour çà. Je me sens très à l’aise ainsi.”

Bien dans sa peau.

Mannequin exerçant pour une agence, Peanut Curls a laissé tomber les tabous à travers un projet universitaire qu’une de ses amies devait soumettre. “Le projet avait comme thème Dame Nature. L’idée nous est venue de me représenter nue au sein de la nature. C’était la première fois que je posais nue.” Shalini, qui travaille dans le domaine de l’informatique, confie mener un combat pour que les femmes rondes se sentent bien dans leur peau. “Les femmes rondes hésitent souvent à se dévoiler. Mais être ronde ne signifie pas ne pas être belle. Moi, je me sens bien dans ma peau. Quelque part, je le fais pour donner l’exemple. Je les encourage à se sentir mieux dans leur peau.”
Montrer leurs corps provoque chez ces femmes une certaine satisfaction. “Je me sens épanouie en tant que femme”, dit Shalinee. “C’est une fierté que je sois vue par beaucoup de personnes sur les réseaux”, dit Alexandra. Anastasia confie : “Le corps d’une femme est une oeuvre d’art. Ce n’est pas du n’importe quoi. C’est une façon de m’exprimer.”

Tout cela se fait souvent au vu et au su de l’entourage de ces jeunes femmes. “Au début, c’était un peu difficile à la maison. Mais, j’ai pu leur faire comprendre que c’est la personne que je suis”, confie Anastasia. Pour Peanut Curls, les choses se sont très bien passées dès le départ. “Mes amis et ma famille le savent. Ils s’en moquent, ils ne trouvent rien de négatif dedans.” Anastasia et Shalinee n’ont elles pas encore révélé leurs petits secrets à leurs parents respectifs. “Je suppose que mes parents voudront en discuter le jour où ils le sauront”, dit Saline.
Endroits insolites.
En postant ces photos, quelques-unes ont attiré l’attention de photographes qui les ont approchées pour différents projets. “Je me prenais en photo seule. Un photographe m’a alors approchée. Il cherchait des mannequins pour se créer un porte-folio. Depuis, d’autres offres me sont parvenues. Certains me rémunèrent.” Alexandra a eu les mêmes sollicitations. “J’avais commencé à me prendre pour les poster sur mon Instagram. Des photographes m’ont ensuite contactée, ça ne m’a pas dérangée de poser nue pour eux.”
Alexandra ne fait pas que se mettre nue devant la caméra, elle le fait dans des endroits insolites. Dans ses photos, on la voit en forêt faisant corps avec la nature ou dans des maisons abandonnées. Elle se donne d’ailleurs beaucoup de peine : “Je suis à la recherche de la photo parfaite, qui me met en valeur”, dit-elle.

Du body art.

Nos interlocutrices confient que la majorité des commentaires qu’elles reçoivent sur ces photos sont positifs. Quelques-uns sont par contre déplaisants. “To met to deryer deor pou gagn rol”, a-t-on dit à Peanut Curls. Ce à quoi elle répond, “C’est du body art, je fais ce que je veux , je me donne la liberté.”

“La plupart des gens ont des préjugés relativement à la nudité. Quelques fois, ça se ressent dans les commentaires. Certains t’envoient des messages en privé et te demander ‘to fer larout ? ki pri ?’.” Certains sont plus curieux et veulent découvrir les raisons qui la motivent. “Quand je leur explique, ils comprennent et finissent par me féliciter ”, confie Shalinee.

Anastasia n’y va pas par quatre chemins : “Je me fiche de ceux qui critiquent mes photos. Ce n’est pas à eux de dire comment les femmes doivent se vêtir ou se comporter. Je ne le fais pas pour avoir beaucoup de likes, je fais ça pour encourager les femmes d’être celles qu’elles ont envie d’être. J’ai eu quelques commentaires négatifs, mais cela ne m’a pas atteint. À travers les commentaires positifs, qui sont beaucoup plus nombreux, je prends conscience que le message que je veux faire passer est compris, c’est-à-dire que le but de ses photos est avant tout artistique.”