- Publicité -

Plaine Magnien : les pyramides suscitent toujours des interrogations

Non loin de l’aéroport, se dressent les pyramides de Plaine Magnien. Ces structures en pierres dans les champs de cannes à sucre, confèrent une part de mystère, un mysticisme qui semble perdurer dans le temps malgré les récits historiques qui démontrent qu’elles ont bien été construites par la sucrerie de Mont Trésor Mon Désert dans les années 1940. Les similitudes de ces tas de pierres avec des pyramides avérées, notamment celles de l’île de Ténériffe, tendent à faire bruler cette passion jusqu’à inciter des archéologues, des chercheurs et des explorateurs étrangers à défier l’histoire et monter des théories.

- Publicité -

Les pyramides de Plaine Magnien sont les structures les plus mystérieuses de l’île. Étalées sur quelques kilomètres dans les champs de cannes à sucre, elles attirent les regards des passants qui empruntent les routes adjacentes.

Au pied des structures, on est vite absorbé par leurs tailles imposantes et leur architecture. Certaines sont envahies par des fougères. Ce qui frappe également, c’est l’absence d’un quelconque mortier pour maintenir les pierres. Leur construction en terrassement permet d’y grimper et d’atteindre le sommet, ce qui leur vaut d’être visitées régulièrement. Selon un planteur, dont les champs se trouvent aux pieds de quelques-unes des pyramides, d’innombrables personnes viennent régulièrement autour des ‘pyramides’. “Zot mont lao, zot vinn tir foto. Mo trouv enn ta dimounn vinn la.”

Les pyramides datent des années 1940.

Si on s’accorde à parler des sept pyramides de Plaine Magnien d’ordre général, elles sont en fait “8 ou 9” selon Philippe La Hausse de la Louvière. Il est catégorique, “Ces structures ont été faites par le l’établissement sucrier Mon Trésor Mon Désert dans les années 1940. Si elles sont de cette forme, c’est surement parce qu’à cette époque, il y avait beaucoup moins d’assistance mécanique. Vue qu’ils devaient le faire à la main, c’était plus pratique de les faire de cette forme.”

Néanmoins elles alimentent les théories à Maurice et ailleurs. Des textes étalés sur plusieurs années et des vidéos explicatives ont déjà publiés. Certains explorateurs et auteurs ont pour théories qu’elles étaient l’oeuvre d’autres peuples qui auraient visité l’île avant même les arabes qui sont connus pour avoir été les premiers visiteurs de Maurice.

Étranges ressemblances.

Mais pourquoi ces amas de pierre attisent-ils autant la convoitise ? Probablement en raison des étranges ressemblances avec de vraies pyramides d’ailleurs. Notamment celles de l’île de Ténériffe. Le fait que les structures de Ténériffe ne dépassent pas 12 mètres tout comme celles de Plaine Magnien, alimente également les rumeurs. C’est ainsi qu’en 2009, le Bosniaque Semir Sam Osmanagich qui se décrivait comme “découvreur de pyramides”, accompagné de son épouse, est venu présenter ses recherches sur les ‘pyramides de Plaine Magnien’ à Maurice. Il voulait prouver que ces constructions datent d’avant le passage des arabes dans l’île au 16e siècle.

Lors de sa présentation, il disait entre autres que trois dans ces ‘pyramides’ étaient alignées “presque dans l’axe du soleil lors du solstice d’été.” Il avançait qu’elles auraient été construites par un peuple navigateurs itinérants. La même année, un spécialiste de l’Egypte, auteur et journaliste, Antoine Gigal, faisait également référence à des pyramides identifiées à Maurice sur son site web. Il présente ces structures comme l’oeuvre de voyageurs qui auraient laissé leurs traces à Ténériffe, en Siciles et chez nous.

Les habitants cultivent le mythe.

Pour beaucoup d’habitants de Plaine Magnien, ces pyramides conservent tout de même une part de mystère. “Pourquoi sont-elles là ? Qui les a construites ? J’aimerais bien le savoir”, se demande l’un d’eux. Certains avancent même y ressentir des énergies inexplicables. “J’y vais assez régulièrement avec ma bande d’amis. Moi qui suis très portées vers les ondes spirituels, je ressens à chaque visite des énergies en ce lieu. Je ne saurais les décrire mais je sais qu’elles sont là et elles me font du bien”, avance une habitante de la région. “Je pense que c’est l’oeuvre d’êtres qui sont venus d’ailleurs”, poursuit-elle. Un autre confie y avoir beaucoup joué étant enfants. “On y allait régulièrement pour s’amuser. On nous a toujours dit que ce sont des structures anciennes qui datent d’avant les Français.” D’autres habitants ignorent totalement leur existence. “Pyramides ? kot vann briani la? ”, nous a répondu une vendeuse que nous avons questionné.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour