C’est par une vidéo sobrement intitulée Epilogue et publiée sur leur compte YouTube que les deux Français ont annoncé leur séparation le 22 février. De 1993 à 2021 le duo casqué a été Around the world pour faire danser différentes générations. Pionniers de la french touch, tout en s’entourant d’un haro de mystère le groupe a créé sa révolution avant d’apporter un point final à cette belle aventure rythmée.

Deux hommes avancent ensemble dans le désert, en blouson estampillé « Daft Punk », casques d’or et d’argent vissés sut la tête. L’un ralentit cependant, tandis que l’autre continue d’avancer seul. Il finit par se retourner. Gros plan sur des robots inexpressifs, qui se toisent sans un mot. Pas de violons ni de musique triste. Le silence. Le bruit du vent. Comme dans un western. Ou une comédie romantique virant au drame. Les casques se penchent, résignés. Et puis ils se font exploser. Boum ! « Hold On, If Love Is The Answer You’r Home », extrait d’une de leurs plus belles chansons, « Touch », issue de leur dernier album Random Access Memories, sorti en 2013, finit par raisonner sur le soleil couchant. Clap de fin.

Cette fin de parcours (1993-2021) a été présentée par le biais d’une vidéo de 8 minutes sobrement titrée Epilogue et publiée sur leur compte YouTube, dans laquelle les deux musiciens casqués reprennent un extrait de leur film Electroma (présenté à Cannes en 2006), mettant en scène leur explosion respective en plein milieu du désert. Mardi matin, la vidéo dépassait les 10 millions de vues. Après avoir fait danser la Terre entière pendant près de vingt-huit ans, Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem-Christo ont décidé de ne plus mener la danse. Les deux camarades de classe ont terminé leur histoire.

Le duo a remporté 6 Grammys durant leur carrière

L’usure tue l’amour.

C’est la première cause de séparation des couples. L’usure. Il faut dire qu’ils étaient ensemble depuis si longtemps. Depuis 1991, exactement, l’année où ils ont créé leur premier groupe de rock avec Laurent Brancowitz (le futur guitariste de Phoenix). Les Darlin’ ont sorti deux titres, pas mémorables. De la musique de « daft punky trash », de « punk idiot », tranchait le magazine anglais Melody Maker. L’expérience s’arrête ici. Sans rancune. Entre-temps, Thomas et Guy-Manuel ont découvert la house music. Ils fondent Daft Punk, un duo électro. Sorti en 1995, leur maxi « Da Funk » cartonne. Ils sont les fleurons de la French Touch, cette nouvelle électro française, produite par eux, mais aussi Air, Cassius, Dimitri from Paris…

Prologue.

La rencontre de Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem-Christo a lieu en 1986 à la section collège du lycée Carnot dans le 17e arrondissement de Paris. En 1992, les deux hommes fondent avec Laurent Brancowitz, futur guitariste du groupe Phoenix, un groupe de rock nommé Darlin’, en hommage à la chanson des Beach Boys. Ils enregistrent leur premier single éponyme, Darlin’ sur le label indépendant anglais Duophonic. Ce 45 tours contient deux titres : Darlin’ et Cindy so Loud. Le succès n’est pas au rendez-vous, le titre se vend à un millier d’exemplaires, et le groupe n’a quasiment aucun impact sur la scène française. En mai 1993, une critique du magazine britannique Melody Maker qualifiera la musique du groupe de « daft punky trash », littéralement « déchets de punk idiot ».

The new wave.

En 1993, Thomas et Guy-Manuel fondent à Paris le duo Daft Punk. Lors d’une rave party sur le toit du Centre Beaubourg, Daft Punk rencontre les responsables du label écossais Soma. En parallèle, Thomas et Guy-Manuel commencent à travailler sur du matériel électronique tel que l’échantillonneur. Le duo sort un an plus tard, sous le nom Daft Punk, le maxi trois titres The New Wave.  Daft Punk retient l’attention de quelques journalistes et critiques anglais. L’année 1995 est celle de leur premier succès, le groupe sort le maxi électro-rock Da Funk / Rollin’ and Scratchin’. Le titre rencontre le succès et se répand petit à petit dans les clubs d’Europe.

Thomas Bagalter et Guy-Manuel de Homem-Christo (Shutterstock)

Toujours en 1995, Thomas crée son label, Roulé, sur lequel il sort le titre Trax On Da Rocks. Daft Punk fait alors la première partie des Chemical Brothers à Londres. En France, le groupe participe à la 17e édition des Trans Musicales de Rennes et est repéré par la maison de disques Virgin ; c’est ainsi qu’il fait une apparition sur la compilation Sourcelab vol.2 du label Source (qui fait partie de Virgin) avec le titre Musique, en 1996. Source est dès lors le premier label à diffuser Daft Punk en France.

Le premier album des Daft Punk, Homework, est un chef-d’œuvre avec ses tubes « Around the World » et « Da Funk ». Au moment de devenir des superstars, les deux garçons, fans de science-fiction, cachent leur visage derrière des casques de robot. Ils sortiront en tout quatre albums, et une bande originale de film Tron.

Ils se renouvellent, toujours, nous surprennent, encore, cartonnent, systématiquement. Leur dernier album Random Access Memories est leur plus grand succès. Vendu à près de 4 millions d’exemplaires, il a été sacré disque de l’année aux Grammy Awards. Une première pour des Français. 20 ans après sa formation, Daft Punk est le couple idéal, en apparence. Il vieillit bien. Sa peau métallique est restée brillante et lisse. Mais les Daft, eux, n’auront jamais sorti leur cinquième opus tant attendu. Ils laissent derrière eux un goût d’inachevé.

Daft Punk a réalisé la BO de Tron L’Héritage, a collaboré avec des grands noms de la scène musicale internationale dont Pharell Williams, Kanye West, entre autres. Le groupe remporte deux Grammy Awards en 2009 à la suite de la sortie de Alive 2007, puis cinq Grammy Awards en 2014 à la suite de la sortie de Random Access Memories. En 2010, le groupe a été fait chevalier dans l’ordre des Arts et des Lettres. Lors du défilé militaire du 14 juillet 2017, une fanfare interarmées de l’armée française entonne un medley des tubes du groupe devant les chefs d’État Emmanuel Macron et Donald Trump.