- Publicité -

THE FAIRY TREE – Chez Edith : Un arbre à vœux pour aider son prochain

Ceux qui arpentent le tracé chez Edith ont été agréablement surpris d’y voir des lianes en forme de fils vert teal suspendues et ornées de perroquets, de fleurs, de dodos… Le concept, baptisé « The Fairy Tree » et mis en place par The Third Dot, sera laissé sur place jusqu’au mois de mars. A travers ce projet, le collectif veut montrer aux Mauriciens l’importance des Ong, mais aussi de valoriser les produits locaux, en plus de la manière dont on peut aider les entrepreneurs à gagner leur vie.

- Publicité -

Acheter un perroquet, un dodo ou une fleur à accrocher au Fairy Tree. « Y a-t-il une fée qui habite dans ces fils verts maman », lance un petit garçon, dont l’imagination est en éveil. Il s’imagine en effet le lieu, Edith, comme un livre fantastique, où les héros prendraient vie au fur et à mesure. Mais ce concept va plus loin : changer la vie des personnes en situation de vulnérabilité.

La démarche revient à The Third Dot, une plateforme de conseils promouvant des projets interculturels dans les domaines de l’art et du design à travers son réseau mondial d’artistes, de marques et d’espaces d’exposition. Derrière ce concept de confection de peluches, il y a aussi des femmes issues de la région de La Gaulette. Ces dernières ont récupéré des tissus et des t-shirt, puis les ont recyclés à leur manière (principe de l’Upcycling) pour en confectionner des animaux.

Le Fairy Tree est simplement composé de tissus faits main, et accrochés sur les nombreuses lianes en suspension dans La Cour du Génie, chez Edith, inspirées du travail de l’artiste mauricien Malcolm de Chazal. Quant aux choix des modèles (dodo, perroquet et hibiscus), ils sont des emblèmes du paysage local. Ce projet d’art participatif, imaginé par The Third Dot, est inspiré de l’exposition « Porte-Bonheurs », au Bon Marché, à Paris.

Permettre aux femmes entrepreneures d’exister

En attendant, Nicole, Dominique, Kathleen et Françoise sont heureuses d’associer leur nom à ce projet, qui réclame à la fois talent et savoir-faire. Nicole explique : « C’est la première fois qu’on s’est lancé dans une telle action de confection à partir de t-shirts recyclés. Le perroquet devait être initialement un poisson, mais a pris finalement la forme d’un perroquet. Ces animaux, c’est une manière d’accrocher nos rêves à un arbre et d’attendre de voir ce qui va se passer. »

Ces femmes, qui habitent la région de La Gaulette, sont aussi épaulées par Les Anges du Soleil, une association non gouvernementale œuvrant dans les cités de Tamarin, Rivière-Noire, afin d’aider les femmes en situation vulnérable par le biais de l’éducation et de l’accompagnement parental. Comme l’indique Nicole, une des couturières de La Gaulette, deux mois de travail auront été nécessaires pour arriver à ce résultat. Et pour une première, c’est plutôt réussi, se félicite-t-elle. Les  animaux en tissus seront vendus Rs 100 à Rs 150 l’unité. Les profits seront reversés aux Anges du Soleil pour aider l’association dans sa mission.

Chez Edith, on parle d’interaction avec les Portlouisiens et autres citoyens arpentant l’allée. L’emphase est mise tout en relief sur l’art, qui va de pair avec l’artisanat, tout en permettant de contribuer à l’élan social. Le public pourra ainsi acheter des articles faits à la main au profit d’Ong et venir les suspendre sur la structure installée.
Alexandra Desvaux, Marketing and Communication Executive chez Lavastone Properties, indique : « Grâce à cette œuvre collective, nous espérons réunir et déclencher un sentiment d’appartenance autour d’une œuvre évolutive, échelonnée sur plusieurs mois et amenée à évoluer, à se densifier, grâce à la collectivité. » De plus, les tissus utilisés sont issus de la récupération. Une façon de valoriser l’ensemble via l’Upcycling, en plus de donner au projet une dimension sociale.
The Fairy Tree a été créé grâce à la collaboration de diverses entreprises, dont la Compagnie mauricienne de textile, RT Knits, Profilage, Fedex et Lavastone Properties Ltd. Le public est invité à participer au rituel d’accrochage de ces animaux en tissus devenus de petites icônes de Noël, jusqu’en mars 2023, tous les jours de lundi à dimanche, de 9h à 17h.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour