Soopramanien Kistnen

L’enquête judiciaire sur le meurtre allégué de Soopramanien Kistnen s’est poursuivie en cour de Moka ce mercredi 9 décembre avec les témoignages d’individus proches de la victime et de policiers. Face à la déclaration d’un policier, la magistrate Vidya-Mungroo Jugurnath en charge de l’enquête a ordonné que les enregistrements CCTV soient produites en cour demain lors de la prochaine audience.

En effet, ce mercredi, au 4e jour de l’enquête judiciaire, un policier affecté à un ‘control unit’ des caméras safecity a indiqué que l’itinéraire de Soopramanien Kistnen a pu être retracé. Le policier indique que la victime aurait pris le bus de Moka à Rose-Hill le vendredi 16 octobre et qu’il aurait été perdu de vu lorsque les passagers sont sortis du bus vers 12h30.

Le policier a ainsi indiqué que les images avaient été visionnées le 19 novembre et qu’il n’avait pas d’autre renseignement sur son itinéraire. La cour a alors ordonné à ce qu’il apporte les enregistrements CCTV d’après 12h30 dans les régions de Moka et Rose-Hill pour être visionnée en cour demain. Le policier a dans un premier temps soutenu que ces enregistrements s’effacent automatiquement après 30 jours. Ses propos ont été réfutés par Me valayden qui a rappelé qu’il y a eu un visionnage le 19 novembre donc plus d’un mois après le jour où la victime aurait été repérée sur les images CCTV.

À la sortie du tribunal de Moka cet après-midi, les avocats de Simla Kistnen ont déclaré à la presse que face aux témoignages entendus aujourd’hui, « il est clair que ce n’est pas un suicide, mais un meurtre ».

À noter que le cadavre partiellement carbonisé de Kistnen Soopramanien avait été retrouvé dans un champ de cannes à Telfair, le lundi 19 octobre. L’autopsie avait attribué le décès du quadragénaire à un oedème pulmonaire.

Même si dans un premier temps, la police avait penché pour la thèse du suicide, la famille de la victime était venue de l’avant avec des révélations soutenant que Kistnen Soopramanien ne se serait pas donné la mort.