Photo illustration

A Montagne-Longue où réside la famille Bheenick, l’attente est insoutenable. L’angoisse cède tantôt à la douleur, tantôt à la colère. Pour cause, cela fait six jours que la famille est sans nouvelle du capitaine et que les recherches n’ont rien donné. Les sept autres membres de l’équipage du Sir Gaëtan ont été retrouvés, mais pas lui.

Connaissant sa témérité et surtout son professionnalisme, ses proches espéraient le retrouver rapidement . Néanmoins, l’espoir s’amenuise avec les minutes, les heures et les jours qui s’égrenant. Mais tous, parents, dont son fils qui est en Afrique du Sud, proches amis, voisins et collègues ne tarissent pas d’éloges sur ce « capitaine exemplaire, un grand monsieur”. Moswadeck Bheenick connaît la mer, Son métier était sa passion.

Cela fait plusieurs années qu’il travaille pour la MPA et le remorquage, il s’y connaît, disent ceux qui l’ont côtoyé. Ses collègues, que Week-End a rencontrés à l’hôpital, ne tarissent pas d’éloges à son égard. « Li ti enn camarade. Lor bato, nou soudé. Li conner ki li fer. C’était enn sef », disent-ils, fiers d’avoir travaillé à ses côtés. Et pour eux également, « pa kapav pa gagn li. C’était un loup de mer. Li conne tracer ». Il espèrent mais…les recherches ont été vaines jusqu’à hier soir.

En attendant, la famille du capitaine Bheenick porte plainte pour négligence criminelle. Toorabally Mohammad Nabeer, le neveu du capitaine, a porté plainte mercredi au poste de police du port contre le président de la MPA, Ramalingum Maistry, le directeur général, Shekur Suntah, le capitaine Barbeau et son second, le capitaine Newoor. Il demande que ces personnes n’aient pas accès “to sensitive information and evidence at MPA with regards to their criminal negligence. I fear that there may be the possibilities of tampering with evidences”.