« Maurice est devenue une île de la peur ». C’est ce qu’estime le leader du Mouvement Militant Mauricien (MMM), Paul Bérenger, par rapport au climat qui règne dans le pays.

En conférence de presse, ce samedi 23 janvier, à Ébène, le leader des mauves a déclaré que les gens « ne se sentent plus en sécurité à Maurice ».

La raison, selon Paul Bérenger, est la série d’évènements ayant eu lieu dans le pays, à savoir l’affaire Soopramanien Kistnen, le décès de Pravin Kanakiah et de Vythilingum, les « gangs organisés qui ont pris la loi entre leurs mains », et, tout dernièrement, le meurtre de Manan Fakoo.

« L’une des raisons principales, c’est aussi la façon de faire de la police. Les gens n’ont plus confiance. Pravind Jugnauth et tous ses ministres portent une lourde responsabilité devant l’histoire. Le gouvernement actuel est en train de finir le pays », a déclaré Paul Bérenger.

En ce qui concerne la tenue des élections municipales, Paul Bérenger, soutient que celles-ci doivent être organisées avant juin, « sinon le gouvernement devra amender la loi pour un renvoi des élections ». Une option que le député des mauves juge inacceptable.

Pour rappel, les trois partis de l’opposition ont mis sur pied un comité, présidé par Arvin Boolell, pour les modalités d’une éventuelle alliance.

« Au niveau du MMM, il faut avoir un partage équitable, qui n’humilie aucun des trois partis », a déclaré ce dernier.

Toutefois, pour les élections générales, Paul Bérenger est d’avis qu’il leur faut, avant tout, un accord sur un programme solide, mais également la répartition des responsabilités, dont le poste de président, de speaker, de Premier ministre.