- Publicité -

Assemblée nationale : le ministre de la Santé défend les achats du GM

Les équipements achetés par le ministère de la Santé durant la période de confinement étaient justifiés. C’est en tout cas ce qu’a affirmé le ministre de la Santé, Kailesh Jagutpal, lors de son intervention sur la motion de blâme. Il se dit également prêt à répondre à toutes les questions des instances concernées.

- Publicité -

« On me pointe du doigt comme si j’étais coupable », a dit le ministre, face aux accusations portées contre lui suite aux achats d’équipements médicaux effectués lors du confinement. Réfutant les attaques lancées contre lui s’agissant de l’excès d’équipements achetés, il estime au contraire que le confinement de 2021 « a démontré qu’il était important de les avoir », car « ces équipements ont été utilisés pour sauver des vies », dit-il.

Kailesh Jagutpal a également estimé que les prix des équipements achetés sont inférieurs aux prix négociés par d’autres petits États insulaires en développement. De même, « en raison de la situation qui prévalait, le gouvernement avait la responsabilité d’agir », pense-t-il. Quant aux achats avec Pack & Blister, il demande à l’opposition si « elle sait la difficulté d’obtenir des équipements de santé en ce moment ».

Le ministre Jagutpal réfute également l’accusation de l’opposition au sujet du Medical Negligence Committee. Car pour lui, « ce comité fait son travail ». Lors de son intervention, il a aussi cité des mesures prises pour soulager les patients dialysés. Ainsi annonce-t-il 18 nouvelles machines de dialyse jusqu’à la fin de l’année.

« Grâce aux mesures prises, le gouvernement a eu de la chance que la population ne soit pas tombée dans le piège de l’opposition. (…) L’argent est utilisé pour le bien-être de la population », dit-il, se référant aux investissements consentis. Pour lui, « l’opposition ne fait que créer des scandales ». Le ministre de la Santé aura cependant concédé qu’il y a « des améliorations à apporter ».

Le ministre de la Santé a aussi taquiné le leader de l’opposition, Xavier-Luc Duval, au sujet du médicament Xanax. Sur un ton moqueur, il a dit pouvoir en distribuer en faveur de « ceux qui en ont besoin dans la Chambre ».

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour