…jusque dans les rangs de la majorité dont certains membres expriment leur désapprobation en coulisses

Malgré les subterfuges, l’opposition a quand même obtenu des clarifications sur les caméras et les empileurs défectueux, Bo-Digital et les paiements excédentaires de la pension

L’entêtement de Kailesh Jagutpal à refuser l’institution d’une enquête sur le grand nombre de patients dialysés décédés après avoir contracté la Covid à l’hôpital de Souillac, région de sa propre circonscription, le No 13, exaspère non seulement l’opposition, mais aussi de nombreux membres de la majorité qui n’hésitent pas à exprimer leur désapprobation en coulisse et dans les couloirs de l’Assemblée nationale. Le sujet était au centre de la Private Notice Question du leader de l’opposition mardi dernier et c’est un “I do not intend to carry out any inquiry” que le ministre de la Santé a déclaré, malgré l’insistance de Xavier Duval.

Le ministre a dit qu’à mardi — le nombre s’est accru depuis — , il y avait 31 cas de patients testés positifs à la Covid à l’hôpital de Souillac, que le nombre de décès s’élève à 10, dont 5 positifs au virus, mais qui, selon Kailesh Jagutpal, sont morts en raison d’autres comorbidités, 3 de la Covid. Malgré cette situation, pas d’enquête a décrété, catégorique, Kailesh Jagutpal.

Mais Xavier Duval en a rajouté plusieurs couches pour étayer sa demande. Il a parlé des observations de la très respectée revue médicale The Lancet qui souligne que Maurice a un taux de mortalité et de prévalence de dialysés parmi les plus élevés dans le monde et que cela devrait éviter à certains de “verser dans l’autosatisfaction”. Le leader de l’opposition a aussi déposé des photos de patients véhiculés de l’Hotel Tamassa au centre de dialyse de Souillac sans que les règlements sanitaires, comme la distanciation physique, n’aient été respectés ou encore la situation déprimante dans laquelle ces malades se sont retrouvés seuls dans une chambre sans téléphone, et ni Wifi ni télévision, ce qui, a-t-il ajouté, les a poussés dans la plus grande détresse.

Le ministre de la Santé n’a rien voulu entendre, même lorsque Xavier Duval l’a renvoyé aux propos du membre de sa majorité Ivan Collendavelloo observant que “dimoun pa pou mor ar Covid, me ar move dialyse”. Il a, au contraire, tout justifié, a été jusqu’à dire que le port du masque est plus important que le test PCR, a évoqué les conditions dans lesquelles des patients ou leurs proches peuvent loger une plainte, une attitude qui a poussé Xavier Duval à émuler Shakeel Mohamed et à dire: “He is doing evreythiiiing”, en imitant la voix fluette du ministre de la Santé.

Ce qui n’a pas été au goût de ses amis de la majorité qui ont traité le leader de l’opposition de “bouffon”. Le Speaker n’a évidemment rien entendu, l’auteur présumé de l’expression Bobby Hureeram a nié avoir proféré cette remarque, tandis que Xavier Duval a invité la présidence à écouter les enregistrements en vue de statuer sur l’incident.

Briani, mine frit et
gâteau au chocolat!

Le député du PTr Eshan Juman est, lui, revenu sur le traitement infligé aux patients dialysés soumis au stress de l’année avant d’être pris en charge et sur la nourriture, briani, mine frit et gâteau au chocolat, qui leur a été servie, alors même que le Dr Ip a déclaré que la nutrition est un facteur important dans le traitement des dialysés.

Le ministre de la Santé, jamais avare d’une explication quelconque, a dit que seulement 20% des dialysés sont soumis à un régime alimentaire strict et que, le jour de leur arrivée à l’hôtel Tamassa, il y a eu des problèmes, mais que la situation s’est améliorée depuis, tout en ajoutant, fidèle à lui-même, que “it’s not the time now for us to start doing a post-mortem on the diet of these patients”.

A noter que le député rouge, contrairement à ses collègues de l’opposition, dont Arvin Boolell, a dit que “ce n’est pas suffisant de mener une enquête indépendante pour situer les responsabilités, le plus important c’est que ça ne se reproduise plus à l’avenir”. Ce qui lui a d’ailleurs valu des compliments de la part de l’ancien Premier ministre adjoint Ivan Collendavelloo.

Un tout autre ton pour Reza Uteem qui n’est pas passé par quatre chemins pour lancer à la figure de Kailesh Jagutpal: “We know that dialysis patients that were COVID negative went to Souillac Hospital, interacted with nurses who were COVID positive, and later on, these dialysis patients became COVID positive and some of them died. Doesn’t the hon. Minister think that the State’s responsibility is engaged and the State has failed all these dialysis patients?”

Le ministre a rejeté ses affirmations sans donner plus d’explications précises sur la manière dont les patients dialysés ont contracté le coronavirus. Le Speaker s’est aussi mis de la parie pour traiter le sujet du décès des dialysés avec la plus grande légèreté. Sooroojdev Phokeer n’a-t-il pas lancé un “we will not undergo any postmortem”, alors que le député travailliste Ritesh Ramful voulait des explications sur l’efficacité des vaccins sur les patients dialysés et que le ministre n’avait pas de réponses claires sur ce sujet aussi crucial.

Bo Digital et ses conteneurs six fois plus chers

D’autres questions étaient aussi à l’agenda pour le ministre de la Santé, comme celle de Franco Quirin sur le protocole qui est suivi pour permettre à un patient testé positif de rentrer chez lui et d’évoluer librement dans la communauté. Selon Kailesh Jagutpal, ce sont les médecins qui décident de la décharge d’un patient et qu’une fois sorti, il doit rester en isolation pendant une semaine avant d’être autorisé à sortir de chez lui. Il y a aussi des patients qui sont suivis au téléphone et qui reçoivent des conseils de médecins et qui sont canalisés vers les centres de traitement lorsque cela s’avère nécessaire, a-t-il aussi expliqué.

Le Prime Minister Question Time est resté dans le même format qu’a bien voulu lui donner Pravind Jugnauth avec seulement deux questions prises pour toute la tranche qui dure une demie heure.

Il a néanmoins dû répondre à Aadil Amer Meea qui l’interrogeait sur les 1320 caméras installées dans les centres pénitentiaires, que 454 sont défectueuses, dont 365 sur les 544, qui ont été installées à la prison de haute sécurité de Melrose. Même défectuosité pour les empileurs de la Cargo Handling Corporation qui sont au nombre total de huit, mais avec seulement trois en état de marche. La question sur ces équipements avait été posée par Fabrice David.

Bo Digital, qui était en vedette lors des auditions de l’enquête judiciaire sur le décès de Soopramnien Kistnen, était également à l’agenda des questions pour les ministres. C’est Aadil Ameer Meea qui a interrogé Joe Lesjongard sur le contrat passé entre cette firme et le CEB.

Une enquête indépendante sera menée sur l’achat, le 15 avril 2020, de conteneurs pour une somme de Rs 2,3 millions de Bo Digital par le CEB pour situer les responsabilités dans les irrégularités si elles sont avérées. C’est ce qu’a annoncé le ministre des Services publics Joe Lesjongard au député du MMM après avoir annoncé qu’il avait réclamé une telle enquête après que le CEB lui-même a mené une investigation sur ce dossier après la parution d’articles de presse à ce sujet et a observé qu’il y a eu des éléments troublants concernant cette transaction.

Si Aadil Ameer Meea a bien accueilli cette décision, il n’a pas pour autant manqué de souligner que les conteneurs ont d’abord été achetés par Neetee Selec auprès de Velogic qui les a ensuite vendus à Bo Digital qui, à son tour, l’a revendu au CEB, alors que cet organisme aurait pu s’en procurer directement de la firme Velogic. Pourquoi des intermédiaires, pourquoi une “middle woman?” s’est étonné le député à qui le ministre a précisé que c’est justement pour de tels motifs qu’il a réclamé une enquête.

A Patrice Armance qui l’interrogeait sur la date à laquelle Bo Digital été enregistré comme un fournisseur du CEB, Joe Lesjongard a déclaré ne pas disposer de cette information. A une autre question supplémentaire de Reza Uteem, le ministre a précisé que c’est la semaine dernière qu’il a demandé qu’une enquête indépendante soit initiée et que ce sera au conseil d’administration de décider du comité qui mènera les investigations et de ses attributions.

Bo Digital n’était pas parmi les compagnies qui avaient fait des offres initiales, a aussi révélé Joe Lesjongard, suite à une question du député Eshan Juman. Revenant à la charge, Aadil Ameer Meea a demandé au ministre s’il sait qu’un conteneur importé est vendu à Rs 50 000 l’unité et que le CEB l’a payé six fois le prix, soit Rs 383 000. C’est pour toutes ces raisons qu’il y aura une enquête, a insisté le ministre Lesjongard.

Rs 3,7 M payées pendant 27 ans

Une autre question du député du MMM du No 3 a aussi retenu l’attention, celui des paiements excédentaires de la pension des personnes du troisième âge. Le montant pour la période juillet 2017 à mars 2021 est de Rs 255,5 millions, desquelles une somme de Rs 136,4 a pu être récupérée, a indiqué Fazila Jeewa-Daureeawoo. Pour mieux gérer cette question, le ministère de la Sécurité sociale a décidé de prendre des mesures en collaboration avec l’état civil et le bureau des passeports pour obtenir des infirmations sur le changement de statut marital des bénéficiaires ou l’absence du pays des bénéficiaires, a aussi annoncé la ministre de la Sécurité sociale.

Aadil Ameer Meea a alors évoqué les commentaires du directeur de l’audit sur les deux cas de paiements de Rs 3,7 millions sur une période de 27 ans, alors même que les supposés bénéficiaires étaient décédés. La ministre a dit avoir pris connaissance de ses observations et que son ministère a déjà pris des dispositions pour que ce genre situation ne se répète pas.