« Nu lekonomi ti deza p al ver enn bankrupt avan Covid-19, la zot pe mett tou lor ledo Covid-19 (…) Ena enn pake zafer mal kopye ». Ce sont les propos de Navin Ramgoolam, face à la presse ce samedi 6 juin qui a détricoté les mesures annoncées lors de la présentation du budget 2020/21.

Il considère que l’indicateur rouge de notre économie actuelle est en grande partie à cause du « mismanagement » du régime de Pravind Jugnauth. « Zot reckless ek larzan piblik », fustige-t-il en évoquant les projets mis sur pied tels que la construction du Stade Côte d’Or, le Metro Express ou encore les « gaspillages » chez Air Mauritius.

Il s’est attardé sur les Rs 60 milliards de la Banque de Maurice offertes à l’état. Il indique que cette décision aurait dû être le dernier recours dans cette marge de manoeuvre, « afin de stabiliser l’économie ». 

Navin Ramgoolam affirme que ce n’est pas ainsi que l’argent octroyé devrait être dépensé. « Ce n’est pas du tout ce que dit la Bank of Mauritius Act. Cet argent n’est pas supposé prendre des risques commerciales, mais uniquement pour stabiliser la situation financière », indique-t-il.

Il est d’avis qu’il est primordial de relancer l’économie toutefois « ce n’est pas le rôle de la Banque de Maurice d’investir dans l’économie, c’est un régulateur « , lance-t-il.

Les critiques ont porté sur divers autres secteurs « dans le rouge » du pays. Selon Navin Ramgoolam en ce qui s’agit de la construction de 12 000 maisons, « li enn efet annons. Six an zot o pouvwar pann ressi fer li, aster-la ki zot pou fer« , lance-t-il. Du côté du secteur touristique, le gouvernement n’a aucun plan d’action pour cette industrie selon lui .

En ce qui s’agit des difficultés chez Air Mauritius, ce dernier soutient que cette compagnie reste cruciale pour le secteur touristique ainsi manufacturier. « Li pa kapav likid Air Mauritius, zordi travayer ki pe paye sa. se enn mismanagement », a-t-il ajouté.