— L’objet du litige concerne le refus de Mahen Choolun d’autoriser la présence d’élus du PMSD à une réunion du Comité bien-être

Le maire de Beau-Bassin/Rose-Hill David Utile emboîte le pas au speaker de l’Assemblée nationale. C’est sur un ton moins belliqueux, certes, que l’élu du ML a expulsé le conseiller du PMSD Olivier Barbe, mercredi, lors d’une séance du conseil municipal qui s’est déroulée, comme à l’accoutumée, dans une ambiance électrique. David Utile a reproché à Olivier Barbe d’avoir employé le terme « to pe pran nou pou bann gopia », à l’endroit du conseiller du ML et président du Comité bien-être de la mairie, Mahen Choolun. L’objet du litige concerne le refus de Mahen Choolun de permettre à trois élus du PMSD d’assister, en tant qu’observateurs, à une réunion du comité qu’il a présidée le 8 juin.

L’inimitié entre Mahen Choolun et les conseillers du PMSD n’est pas nouvelle, mais elle semble avoir franchi un nouveau cap, mercredi. Pour comprendre la genèse de cette affaire, il faut d’abord remonter au 8 juin. Selon le procès-verbal, les conseillers bleus Olivier Barbe, Zaed Nanhuck et Neena Rugoonauth, qui ne font pas partie du Comité de bien-être de la mairie, ont demandé la permission au président Mahen Choolun d’assister, en tant que simples observateurs, à la réunion qui allait se tenir dans la salle du conseil. Sauf que le président leur a refusé l’accès en prétextant que « seuls les membres sont invités à assister à la réunion d’après les Standing Orders en vigueur ». De quoi faire bondir Olivier Barbe qui a reformulé sa demande. En vain, puisque Mahen Choolun a campé sur sa position. Ce qui a donné lieu à de vifs échanges entre les deux conseillers.

Olivier Barbe et Mahen Choolun ont à nouveau croisé le fer, mercredi, lors du dernier conseil municipal du mois de juin. Après un démarrage bon enfant, où les élus de la majorité et de l’opposition ont tour à tour rendu hommage à l’ex-Premier ministre Sir Anerood Jugnauth, la tension est montée d’un cran lorsqu’Olivier Barbe a tenté de tirer les vers du nez du maire au sujet des procédures relatives à la présence des conseillers qui ne sont pas membres d’un comité, mais qui souhaitent y assister en tant qu’observateurs. « Un élu qui ne fait pas partie d’un comité doit établir un motif valable pour assister à une réunion dudit comité. Notons, par ailleurs, que le Standing Orders ne prévoit rien en ce sens », a répondu David Utile.

Olivier Barbe a alors demandé au premier magistrat de la ville de produire des documents qui attestent que les non-membres qui ont assisté aux réunions des trois comités de la ville, entre 2015 et juin 2021, ont bel et bien établi « un motif valable ». Avare de détails, David Utile a soutenu qu’il est au courant qu’un conseiller ne faisant pas partie du Comité bien-être présidé par Mahen Choolun, avait assisté à une réunion dudit comité le 8 juin dernier, après fourni des « raisons valables ». Ce qui a eu le don d’agacer Olivier Barbe qui est revenu à la charge: « Je vous ai demandé bien avant le conseil de produire des preuves, car il est de notoriété publique que plusieurs conseillers non membres ont assisté à des réunions entre 2015 et 2021. Vous avez donc bâclé votre réponse, monsieur le maire. C’est du deux poids, deux mesures », a soutenu l’élu du PMSD.

Intervention policière et walk-out

Le conseiller indépendant, Armand Hungley, qui a pour rappel démissionné de toutes les instances du ML l’année dernière, est venu prêter main-forte à Olivier Barbe. « C’est le conseiller du MSM Nishal Boojhawon qui était présent, le 8 juin, à la réunion du Comité bien-être, alors qu’il est un non membre. In my opinion, the request of councillor Boojhawon to attend the meeting has been submitted for approval to the Chief Executive well after the committee of the 8 juine. Je constate que le procès-verbal dudit comité souligne que la demande de Nishal Boojhawon a été confirmée par le conseiller Ken Fong, certainement par complaisance pour son président », a soutenu Armand Hungley. L’ancien maire Ken Fong a alors pris la parole pour réfuter son ancien camarade de parti. « Il y a beaucoup d’exagération dans les propos du conseiller Hungley. J’ai tout simplement dit que Mahen Choolun m’a informé, le matin (8 juin), qu’il a autorisé le conseiller Boojhawon à assister à la réunion du comité en tant qu’observateur », a soutenu Ken Fong.

S’ensuit un brouhaha dans la salle avec des invectives fusant de toute part. Tapant du poing sur la table, le maire a pu finalement pu rétablir l’ordre au bout de quelques minutes. Sauf que les débats se sont envenimés lorsque Mahen Choolun, qui avait jusque-là assisté aux débats sans broncher, est sorti de sa réserve. « Autant que je sache, les Standing Orders des mairies sont les mêmes que ceux de l’Assemblée nationale. ll y a des comités à l’Assemblée nationale au sein desquels des membres sont choisis. Je pose la question. Est-ce qu’un non-membre peut assister à une réunion ? La réponse est non », a soutenu Mahen Choolun,

Une réplique qui a fait bondir Olivier Barbe et Zaed Nanhuck qui se sont lancés dans des échanges musclés avec Mahen Choolun. « Si on se fie aux déclarations de Mahen Choolun, tous les présidents des comités ayant donné l’autorisation à des non-membres d’assister à leur réunion doivent être révoqués. N’est-ce pas monsieur le maire? », a soutenu Olivier Barbe, qui a été interrompu à maintes reprises par Mahen Choolun. Piqué au vif, Olivier Barbe, a dit: « To pe pran nou pou bann gopia ta », en pointant du doigt Mahen Choolun. Le maire a alors demandé à Olivier Barbe de « withdraw the word gopia ». Le conseiller a refusé au motif que « je n’ai pas traité Mahen Choolun de gopia. Je lui ai demandé si to pe pran nou pou gopia. C’était une question ». David Utile ne l’entendait pas de cette oreille et a expulsé Olivier Barbe de la salle, non sans l’avoir « named » en deux occasions. Il a fallu l’intervention d’un policier pour que l’élu du PMSD obtempère et quitte le conseil sous les quolibets de certains conseillers de la majorité. Les trois autres conseillers des bleus présents au conseil, Zaed Nanhuck, Jenny Chandoo et Neena Rugoonauth, ont effectué un walk-out après la décision du maire.