Le ministre Ganoo aux côtés de l'Attorney General, dénonçant des irrégularités alléguées dans la déclaration des avoirs du leader de l'opposition, dont il demande la démission

« Le leader de l’opposition doit démissionner ». Ce sont les propos soutenus ce mercredi 8 décembre par les porte-paroles du gouvernement, les ministres Alan Ganoo, Avinash Teeluck et Maneesh Gobin.

Ces derniers ont tenu une conférence de presse concernant une enquête de la commission anticorruption (ICAC) concernant la déclaration des avoirs du leader de l’opposition, Arvin Boolell.

« En tant que parlementaire, il a l’obligation de déclarer ses avoirs et ‘any joint ownership’. Arvin Boolell va à l’encontre des provisions de la loi. C’est un délit très grave », ont soutenu les ministres.

« Il a participé aux débats sur cette loi. Il ne peut rester leader de l’opposition, qui est un poste constitutionnel », a affirmé Maneesh Gobin.

Pour sa part, le leader de l’opposition avait soutenu que ses biens ont été déclarés à la MRA comme faisant partie d’une succession. Ses deux fils possèdent chacun une maison héritée de son père, feu sir Satcam Boolell. Quant à lui, il possède une maison située à Forest-Side, deux voitures, un “housing loan” auprès de la Barclays et un “car loan” auprès de SICOM, comme il l’a déclaré après son élection.