A 9h, ce samedi matin, des policiers étaient déjà massés devant l’école du gouvernement Bheewa Mahadoo située sur la route Royale à Rivière du Rempart. Leur objectif est d’assurer la sécurité et de faire respecter les règles. A l’intérieur de l’école, le Returning Officer Rajnish Hawabhay était présent avec ses officiers pour accueillir les premiers candidats. A environ 9h15, un candidat arrive mais sans ses deux témoins. Visiblement ne connaissant pas les procédures à respecter, ce dernier a été renseigné et est parti pour revenir après. Après quelques minutes, deux groupes « rivaux » sont arrivés. Présidé par Ashil Chumroo, enseignant au collège Universal, le Parti Socialiste est venu avec ses 9 candidats. « Notre objectif est de participer à ces élections car nous voyons que rien n’a été fait pour le village. Les problèmes sont entiers et plusieurs de nos jeunes sont délaissés. Certains sont même tombés dans le fléau de la drogue », regrette ce jeune homme. Son équipe est composée de candidats âgés de 27 à 35 ans. Son but est de donner la chance aux jeunes. Le symbole qu’il a choisi est le flamant. Face à lui, une autre équipe dirigée par Ashish Rao Appadu et Vikash Ganowree.

Légère tension
Ces deux jeunes qui sont à nouveau candidats représentent le Mouvement Progrès du village. Ces deux groupes ont tranquillement rempli leurs formulaires et certains d’entre eux en ont profité pour échanger quelques mots. Toutefois, lors de l’arrivée du Mouvement Social de Rivière du Rempart, une légère tension a été notée entre ce parti et le Mouvement Progrès du village.

A l’école Doorgachurn Hurry de Goodlands, l’ambiance a aussi été tranquille. Les partis ayant les moyens financiers sont venus avec une équipe plus importante. Malgré les différences entre les différents partis, aucun incident n’a été signalé. Certains habitants dont les maisons sont à côté de l’école sont même sortis pour voir le déroulement. A Grand-Baie, la Returning Officer Najiyah Jeewa postée au collège d’État Adolphe de Plevitz dit que l’exercice du dépôt de candidatures s’est déroulé tranquillement
—————————

Insolite — à 15h30 : Une famille vient « voter »
C’est l’une des scènes des plus insolites de la journée. Une famille composée d’au moins six personnes est arrivée à l’école du gouvernement Bheewa Mahadoo pour voter. Marchant rapidement vers le portail fermé de l’école, ces habitants de Rivière du Rempart, mal renseignés, ont cru qu’ils étaient en retard pour exercer leur droit de vote. En demandant s’ils étaient en retard pour « voter », ils ont appris que le jour de vote était fixé au 22 novembre et que la journée de samedi était réservée au dépôt de candidatures. Heureusement que tout a fini avec de grands rires. La famille est retournée chez elle.
————————————

Le camp du MSM divisé dans plusieurs localités
Une observation flagrante faite dans plusieurs Nomination Centres du district de Rivière du Rempart. Plusieurs partis regroupant des partisans du MSM sont venus tour à tour pour faire acte de candidature pour ces élections villageoises. A l’école Bheewa Mahadoo à Rivière du Rempart, le Mouvement Progrès du village avec ses 9 candidats a pénétré l’enceinte de l’école avant que le Mouvement Social de Rivière du Rempart n’arrive aussi avec ses 9 candidats. Ces deux partis, selon leurs représentants, ont le soutien du gouvernement en place. Or, selon un candidat du Mouvement Social de Rivière du Rempart, le village a été laissé pour compte par l’équipe en place. « Nous observons toujours les mêmes problèmes. Les routes ne sont pas asphaltées correctement. Les chemins ne sont pas éclairés comme il le faut. Nous nous attendons à être élus pour développer le village », dit-il tout en voulant garder son identité. Selon cet habitant de Rivière du Rempart, les membres élus de la circonscription ont déjà confirmé qu’ils soutiendront le Mouvement Social de Rivière du Rempart. De son côté, un des représentants du Mouvement Progrès du village de Rivière du Rempart dit que plusieurs projets ont été réalisés mais concède que, par manque de fonds, certains projets n’ont pas été concrétisés. « On ne peut pas venir nous accuser. Nous faisons le maximum pour le village », avance ce jeune candidat.

Cette observation est aussi faite à Goodlands. Les candidats et partisans du parti Parasol ont tous arboré leur t-shirt de couleur orange et soutiennent leur candidat, Daneshwar Koodun. « Goodlands a un retard de 30 ans dans son développement. Les conseillers n’ont rien fait. Tous les problèmes des habitants sont restés les mêmes », soutient ce candidat. D’ailleurs, tous ses candidats et partisans étaient unanimes sur les points soulevés. Mais une fois que le parti Parasol est parti, le parti Team Bobby and Goy est apparu avec ses candidats. Le vice-président sortant du conseil de district de Rivière du Rempart se porte candidat avec 8 autres membres. Pour lui, plusieurs projets ont été réalisés à Goodlands dont la gare d’autobus.
——————————

Vashish Bijloll (42 ans) : « Des petits projets pour les différents quartiers »
Comptable et directeur commercial d’une entreprise dans la fabrication, Vashish Bijloll, 42 ans et habitant de Goodlands, est pour la première fois candidat à une élection. Président du parti « lekip flambeau », son objectif de se porter candidat aux élections villageoises est spécifique. « Nous prônons la proximité avec les villageois. Nous ne ferons rien sans les avoir consultés. Il faut que Goodlands ait le développement qu’il mérite. Nous vivons dans un monde connecté. Mais lorsqu’une ampoule ne s’allume plus, personne ne sait qui contacter. It’s a shame! C’est aberrant que nous ne savons même pas qui est notre conseiller », déplore-il. Pour lui, il est hors de question de « disparaître » après les élections. « Le village de Goodlands a été laissé pour compte. Si nous nous comparons à d’autres villages tels que Rivière du Rempart qui a son complexe sportif, c’est maintenant que nous avons un bazar à Goodlands! Je pense qu’il est important que les jeunes travaillent pour le village et ne restent pas les bras croisés et attendent », dit-il, entouré de ses autres candidats. Pour Vashish Bijloll, sa participation à ces élections n’est pas « pour se servir du système et non pas pour être servi ». Une liste de projets concernant tous les villageois est déjà dressée. « Ce ne sont pas des projets d’envergure mais des petits projets pour les différents quartiers », dit-il. Parmi ces projets, il ajoute que les domaines ciblés sont le sport et le développement communautaire. S’il est élu, il souhaite la construction d’un hall pour l’organisation des mariages car les jeunes « éprouvent de grandes difficultés à trouver un lieu pour se marier ».

Pour lui, Goodlands connaît aussi des problèmes importants, le village n’étant pas géré professionnellement. Il regrette que plusieurs habitants ne connaissent même pas leurs conseillers. Ayant travaillé avec des partis politiques dans le passé, Vashish Bijloll avance que son parti est loin des partis politiques. Mais si ces partis, dit-il, croient dans les idées de son parti, ils peuvent entrer en contact avec lui. Et il dit qu’il sollicitera l’aide du parti politique au pouvoir si son parti est élu. Ce parti politique a aussi un jeune candidat de 20 ans. Ils sont 6 hommes et 3 femmes. Mais pour lui, trouver 3 femmes n’a pas été une tâche facile.
——————————

Srishty Kurmoo (26 ans)  : « Je veux rendre autonomes  les femmes au foyer »
Elle est la plus jeune candidate du Parti Socialiste de Grand-Baie. Habitante de Sottise et âgée de 26 ans, Srishty Kurmoo a déjà plusieurs projets en tête pour les femmes de son village. Cette fleuriste, qui travaille à son propre compte depuis trois ans, dit observer qu’elles sont plusieurs femmes au foyer qui sont oisives. Or l’oisiveté, selon elle, peut engendrer plusieurs problèmes. « Les femmes sont trop à la maison. Mon souhait est de les aider pour qu’elles puissent développer leurs talents », dit-elle, étant elle-même dirigeante de son petit business. Engagée aussi dans le social, elle veut continuer à aider son entourage. Parmi ses activités sociales, elle aide les personnes âgées qui n’ont aucun soutien.

De plus, ajouter plus d’activités sportives sont essentielles pour les habitants, en particulier les jeunes, du fait que plusieurs sont devenus victimes de la drogue. Un centre de natation est un projet qu’elle souhaite réaliser.

Par ailleurs, elle se dit poussée à participer à ces élections villageoises à cause d’un manque de développement « accru ». Son équipe est aussi composée d’autres candidats plus âgés qu’elle, mais cette différence d’âge ne lui pose aucun problème. « Au contraire, nous nous réunissons et nous partageons nos idées pour travailler ensemble », dit-elle. Ces élections villageoises sont, pour cette candidate, une porte d’entrée dans la politique active. Même si elle est timide à prendre la parole, elle se sent prête pour la campagne qui devra être menée afin de gagner ces élections. Elle se dit « conditionnée » pour faire face aux critiques des adversaires et croit que le Parti Socialiste de Grand-Baie remportera les élections grâce aux développements réalisés dans le village pendant les 8 dernières années.