L’engouement autour du Nomination Day des élections villageoises dans le district de Pamplemousses n’a pas été à la hauteur des espérances, presque huit ans après le dernier exercice. Les mouvements et les candidats indépendants ne se sont guère bousculés pour s’inscrire et n’ont pas qui, plus est, drainé un grand nombre de partisans autour d’eux malgré le contexte économique et social difficile que traverse le pays actuellement. Hormis Triolet, à un degré moindre, l’ambiance a été morose dans les 18 centres d’enregistrement, à l’image du l’école H. Ramnarain de Terre-Rouge, où seuls trois mouvements se sont inscrits contre aucun candidat indépendant.

Les policiers présents au collège Droopnath Ramphul à Calebasses ont été particulièrement intransigeants en ce qu’il s’agit du protocole sanitaire. Les candidats et les journalistes dont les visages n’étaient pas dissimulés derrière un masque se sont vu systématiquement refuser l’accès dans l’enceinte de l’établissement, où l’ambiance était terne entre 9h et 10h. Deux candidats indépendants, en l’occurrence Salim Oderuth et Dhanjay Lillmomd, avaient jusqu’alors déposé leur candidature. Il a fallu attendre l’arrivée, à 10h15, des candidats du Groupe Citoyen Calebasses, composé de six hommes et trois femmes, et qui ont pour emblème un parasol, pour que s’anime cet exercice de dépôt de candidature. Ces derniers ont en revanche été réprimandés par la police pour avoir déployé une banderole dans la cour du collège. Après avoir obtempéré aux ordres des policiers, le chef de file du Mouvement, Seenarain Soobhir a, dans une déclaration à Week-End, fait ressortir qu’« en cas de victoire, nous travaillerons pleinement avec le gouvernement central pour implémenter divers projets qui nous tiennent à cœur. Le village de Calebasses a été délaissé durant 15 ans. L’heure est au changement. »

Les policiers ont fait preuve de plus d’indulgence concernant le port du masque à l’école primaire de Pamplemousses. N’empêche que le scénario a été quasiment le même en ce qu’il s’agit de l’ambiance bon enfant qui a prévalu lors de ce Nomination Day dans les 18 villages de Pamplemousses. L’autre point commun concerne la lenteur avec laquelle les candidats indépendants et les mouvements sont venus se faire enregistrer entre 9h et 11h.

Après l’inscription, à 10h15, de deux candidats indépendants à la liste des postulants, ce n’est qu’aux alentours de 10h45 que les neuf membres du Mouvement Socialiste Progressiste de Pamplemousses et autant de candidats du Mouvement Social de Pamplemousses ont fait leur apparition dans la cour de l’école. Le président sortant du conseil de village de Pamplemousses et leader du Mouvement Social, Ramsur Ramsingh, est confiant d’être reconduit pour un deuxième mandat et de propulser son mouvement vers la victoire : « J’ai un bilan qui parle en ma faveur. Les infrastructures sportives ont connu des améliorations ces cinq dernières années. L’écologie a été au cœur de mes préoccupations, alors que les personnes âgées n’ont jamais autant participé à des activités dans le village », dit-il.

À l’école Teelock Sewraj à Triolet, le village qui compte le plus grand nombre d’électeurs (18 399) à Maurice, le constat est plus nuancé. Il y a eu le rush de la mi-journée. Entre 12h30 et 13h30, le Mouvement Civic, le Parti Socialiste, le Mouvement Unité, le Mouvement Social et Reform Nu Vilaz (apparenté au Reform Party de Roshi Bhadain), avaient déjà confirmé leur participation au scrutin. Au même titre que 13 candidats indépendants. L’ambiance était cordiale entre les candidats qui ont discuté entre eux pendant de longues minutes avant de prendre congé. Pas un seul candidat indépendant ne s’est inscrit au scrutin à l’école Louis Serge Coutet de Baie-du-Tombeau. En revanche, quatre mouvements composés de neuf candidats chacun, en l’occurrence Stag, Kolektif Anti-Pollution, le groupement Unitaire de Baie-du-Tombeau et Les Forces Vives de Baie-du-Tombeau participeront aux élections. Cela été le calme à l’école H. Ramnarain à Terre-Rouge, où seuls trois mouvements se sont fait enregistrer entre 9h et 14h. « Du jamais vu », selon certains officiers, qui disent avoir vu plus de journalistes que de candidats durant toute la journée !

Narvada Jogoosingh, candidate à Calebassesv : « Je m’engage dans la politique dans l’intérêt des femmes »

Narvada Jogoosingh, une habitante de Calebasses, âgée de 29 ans, en est à sa première participation aux élections villageoises. Cette directrice d’entreprise confie qu’elle a pris cette décision car elle souhaite « changer le mode de vie des femmes de son village », en organisant plus d’activités et de loisirs pour elles. Ambitieuse, elle aspire à s’engager pleinement dans la politique active, voire intégrer un parti traditionnel plus tard.

La jeune femme s’est présentée comme candidate pour le Mouvement Social Calebasses, sous le symbole du marteau. « Je suis née et j’ai grandi dans le village de Calebasses. Après mes études secondaires, j’ai entamé des études en journalisme à l’université de Maurice, quoique je voulais devenir avocate. Parallèlement, je me suis engagée dans le social à Port-Louis. Puis, j’ai lancé ma propre entreprise à Calebasses, où j’ai poursuivi mon parcours social », explique-t-elle. Son dévouement n’est pas passé inaperçu et le leader du Mouvement Social Calebasses lui propose d’intégrer son parti.

« Je n’ai pas décliné son offre, d’autant que je voulais toujours m’engager dans la politique active. C’est un premier pas vers mes objectifs. C’est un rêve d’adolescent qui se réalise », dit-elle. Malgré sa première expérience, Narvada Jogoosingh est confiante d’une victoire à Calebasses. « Le village est dépourvu d’infrastructures pour les femmes et les enfants. Il n’y a ni gymnase ni centre de formation pour les femmes, encore mois un parc de loisir pour les enfants. Ce sont ces manques qui m’ont poussée à venir en avant pour aider les habitants », fait-elle ressortir. Si elle est élue, Narvada Jogoosingh s’engage à mettre sur pied toutes ces infrastructures manquantes dans le village et organiser des expoventes pour que les femmes exploitent leur potentiel et mettent en avant leurs compétences et talents.

Iqbal Aubeeluck, un jeune fortement applaudi à Triolet : « L’engagement des jeunes important pour moderniser le village »

Iqbal Aubeeluck se présente comme candidat aux élections villageoises pour la deuxième fois à Triolet, pour le Mouvement Unité de Triolet, sous le symbole des ciseaux. Cet entrepreneur de 32 ans est un conseiller sortant, mais aspire à décrocher un deuxième mandat pour assurer la continuation de ses projets. Il avance que l’engagement des jeunes est important pour l’avancement et la modernisation des villages.

Son parcours politique a débuté en 2012. Iqbal Aubeeluck relate qu’il était à l’université de Maurice quand ses amis l’ont poussé vers le social, vu son intérêt pour ce domaine. « Quand j’ai commencé à pratiquer le social dans le village de Triolet, j’ai pris connaissance des changements qu’attendaient les habitants. J’ai été alors motivé à me présenter comme candidat aux élections villageoises afin que je puisse apporter ma contribution aux projets du village. J’ai compris que les habitants n’avaient pas de grandes demandes, mais ils espéraient avoir des routes asphaltées et bien éclairées, un service de voirie impeccable, des drains qui sont en bon état, entre autres. Les jeunes étaient privés de plusieurs activités sportives. Par conséquent, je suis venu avec l’objectif d’apporter des changements à ce village », affirme Iqbal Aubeeluck.

À son premier mandat, le jeune homme a révolutionné le domaine sportif dans le village de Triolet en introduisant les activités nocturnes. En tant que conseiller, il a aussi mené une rude bataille contre la prolifération de la drogue dans le village. Et d’ajouter que l’engagement des jeunes dans la politique est devenu encore plus primordial. « Je suis jeune et je suis venu avec l’ambition de travailler dans l’intérêt de mon village et non pas pour créer la division au sein du conseil de village. Je ne fais aucune discrimination parmi les habitants. Les jeunes ont des idées modernes, importantes pour développer davantage le village, bien sûr sous la supervision des vétérans », soutient le candidat.