- Publicité -

Entente de l’Espoir – Bérenger “impressionné” par Bodha

“Nando Bodha a le potentiel pour être un grand Premier ministre” : c’est Paul Bérenger, leader du MMM et un des trois dirigeants de la plateforme de l’Espoir, qui le dit, réitérant, en fait, une affirmation faite récemment. En l’absence de Xavier-Luc Duval, leader de l’opposition et du PMSD, les deux dirigeants animaient la conférence de presse de l’Entente de l’Espoir, samedi matin.

- Publicité -

Paul Bérenger a dit tout le bien qu’il pense de son partenaire Nando Bodha, leader du Rassemblement Mauricien. Et a remis dans leur contexte des critiques formulées contre celui-ci quand il était au MSM. Ces précisions – sur les travaux de la route Verdun durant les années où Nando Bodha était ministre – étaient accompagnées d’éloges : “Il a fait un exploit ! J’ai été impressionné”, lance Paul Bérenger.

En répondant à une question de la presse, Paul Bérenger a apporté une précision sur ses propos à l’effet que Nando Bodha a l’étoffe d’un Premier ministre.  “Nando est parfaitement qualifié pour devenir un grand Premier ministre. Expre mo’nn servi sa mo ‘gran’ là. J’ai dit qu’il a le potentiel et les qualités pour le devenir. Au sein de la plateforme, nous choisirons en temps et lieu qui sera Premier ministre. Ena plizier dimou’nn ki kapav vi’nn Premie minis. Fode ena lexperians, sinserite, kalite… L’avenir le dira.”

Attention à la récession !

Plus tôt, Paul Bérenger est revenu sur des critiques qu’il avait formulées à l’encontre de Nando Bodha, il y a 5 ans, et qui ont refait surface dans une vidéo postée en ligne par “méchanceté”, dit-il. Il en a discuté avec le concerné. “Mo’nn al reget mo dosie e nou fi’nn diskite”, dit-il, poursuivant : “La route de Verdun a été inaugurée à la veille des élections de 2014 et Nando Bodha est devenu ministre des Travaux après. Il a, donc, hérité d’une situation créée par le précédent gouvernement.” La route Verdun relevait d’un problème bien complexe, souligne Paul Bérenger. “Nando in’nn fer enn travay formidab avek expertiz etranze. Il a fait un exploit ! J’ai été impressionné !”.  Quant au concerné, il part pour l’Inde, et c’est Paul Bérenger qui a annoncé son déplacement, qui aura aussi une portée politique, dit le leader du MMM. Au retour de XLD, le 11 octobre, et de Nando Bodha, le lendemain matin, la plateforme de l’Espoir se réunira le mercredi 12. Et après la conférence hebdomadaire du 15 octobre, les parlementaires de la plateforme de l’Espoir se rencontreront pour préparer leur retour à l’Assemblée le 18 octobre.

Abordant le volet économique, Paul Bérenger remet en question les chiffres officiels sur l’inflation : “L’inflation à Maurice est plus de 10%.” Il attribue l’inflation galopante à la dépréciation de la roupie, tout en faisant ressortir que, de leur côté, les Seychelles ont pu s’en sortir nettement mieux que Maurice. “Ils ont ramené l’inflation à 2% en août dernier. Le mois précédant, le taux d’inflation était de 3%.”

Les Seychelles, explique Paul Bérenger, ont su maintenir la stabilité de leur roupie. “Étant donné l’état déplorable et des pratiques inacceptables de la Banque de Maurice, celle-ci encourt des pertes à hauteur de plusieurs milliards de roupies”, note Paul Bérenger. Il juge aussi regrettable que malgré la baisse du prix du pétrole brut sur le marché mondial, qui avait dépassé 120 USD (le baril), en juin dernier, pour atteindre 88 USD hier matin, le coût du carburant à la pompe n’a pas baissé à Maurice. “Avec la dépréciation, le prix du carburant joue un grand rôle dans le taux d’inflation à Maurice. Il faut faire attention ! Une récession est à venir. Elle a déjà commencé dans certains grands pays. Il y a un vent de panique en Grande-Bretagne, avec la dégringolade de la Livre Serling. Nou bizin tir enn leson avek se ki pe arive an Grande-Bretagne, fer enn manier ki sa kalite katastrof-la pa arivé”, prévient Paul Bérenger.
“SBM, zouti politik”

De son côté, le leader du Rassemblement Mauricien a parlé de la situation de la State Bank of Mauritius. La banque, rappelle-t-il, gère l’argent de près de 80 000 fonctionnaires. Les nominations politiques ont fait du tort à la State Bank of Mauritius, souligne Nando Bodha. “Apre ki fi’nn devaliz labank Moris, aster pe fer SBM vi’nn enn zouti politik !” Pour situer l’état de la banque, il  a fait une comparaison avec la Mauritius Commercial Bank (MCB). “Le Net Income de la MCB est de Rs 15.19 MD. Celui de la SBM est de Rs 7.5 MD. Le Net Operating de la MCB est de Rs 11.3 MD, celui de la SBM est de Rs 2.8 MD.”

Selon le leader du Rassemblement Mauricien, les crédits toxiques sans exercice de due dilligence n’ont pas été sans impact sur la SBM. Il affirme que la banque s’apprête à effacer une ardoise de Rs 1 MD de crédit toxique à la faveur de certains privilégiés. Le transfert d’argent des clients de la SBM vers SBM Kenya “Bann top guns labank in’nn aprouv sa scheme-la e an mem tan pe pran personnal loan 100,000 dollars, lor bann to preferansiel, SBM Kenya pou benefisie enn retour lor investisman ki nef fwa plis ki zot ti pou gagne Moris. Ce n’est que maintenant que la Banque de Maurice se décide à faire une enquête sur cette affaire. Mais quel est son rôle ? Quid de celui de la FSC comme régulatrice ? C’est du népotisme”, dénonce Nando Bodha, qui réclame des comptes.

Réforme électorale: l’urgence

Paul Bérenger s’est également exprimé sur l’extension des mesures sanitaires anti covid-19 jusqu’à la fin de novembre prochain. Selon lui, la décision d’étendre ces mesures “est clairement un prétexte” pour ne pas tenir les élections municipales et retourner à la normale à la rentrée parlementaire. Avec, notamment, le sitting arrangement à l’Assemblée.

Commentant le rejet de la plainte constitutionnelle sur la déclaration ethnique de Rezistans ek Alternative par la Cour suprême, le leader du MMM est d’avis que c’est une “vraie réforme” dont a besoin le pays.

“Nous prenons note du jugement, mais une vraie réforme électorale est plus que jamais urgente et nécessaire”, estime Paul Bérenger. Il rappelle que la loi avait été amendée en 2014 – autorisant un candidat de ne pas révéler s’il le désire son appartenance ethnique – pour permettre la tenue des législatives. Paul Bérenger, qui évoque “le bon travail” sur la réforme électorale effectué par le tandem MMM/PTr à cette époque, pense que les résultats de cette collaboration sont toujours valables et doivent être utilisés. Il souligne que Nando Bodha a aussi travaillé, de son côté, sur la réforme électorale. La plateforme de l’Espoir, dit-il, reprendra la question de la réforme électorale avant de présenter ses propositions.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour