« Le manque de planification et de coordination du gouvernement » quant à l’interdiction du plastique à usage unique a été déploré par Joanna Bérenger, responsable du dossier environnement du MMM. Lors de la conférence de presse de l’aile jeune du parti, la députée a indiqué qu’il subsiste “une confusion” dans cette loi.

Pourquoi le PET (plastique pétrosourcé) utilisé dans la fabrication de bouteille et grandement nocif à l’environnement ne se trouve pas sur la liste d’interdiction du gouvernement, s’interroge-t-elle. Elle va plus loin en rajoutant « sur quelle base s’est fixée le gouvernement pour interdire certains plastiques?”

Cette situation, selon cette dernière, est la preuve “qu’il y a une politique de deux poids deux mesures”. Elle propose donc que le PET soit rajouté à cette liste.

Joanna Bérenger a, dans la foulée, invité le GM à venir de l’avant avec un plan de transition pour le producteurs locaux de plastique, qui sont extrêmement affectés par cette loi, en vigueur depuis le 15 janvier.

La Covid-19 ayant affecté l’importation, certaines usines spécialisées dans la fabrication de plastique n’ont pas eu le temps d’importer de matières premières et, à cet effet, ont dû fermer, selon Joanna Bérenger.

« Plus de 500 emplois et familles sont menacés », a fustigé la députée.

« Nous demandons au gouvernement de prendre contact avec les producteurs locaux pour leur proposer un plan de transition et un soutien », a conclu cette dernière.

Dans un autre volet de la conférence de presse, Joanna Bérenger a commenté l’abattage d’arbres à la Rue Sivananda en soutenant que l’aile jeune du MMM n’est pas contre le développement, “mais contre l’abattage sauvage”. Elle a maintenu attendre des éclaircissements du gouvernement à ce sujet.

D’emblée, Joanna Bérenger a profité de l’occasion pour inviter les jeunes à la marche de l’opposition, le 13 février à Port-Louis.