La décision du Premier ministre de révoquer Ivan Collendavalloo, numéro 2 du gouvernement, n’a pas été prise à la légère, selon le nouveau ministre de l’Energie, Joe Lesjongard.

Selon ce dernier, le Premier ministre s’est basé principalement sur les « findings » de la Banque Africaine de Développement (BAD). Devant le refus d’Ivan Collendavalloo de “step down” et dans un soucis de transparence, Pravind Jugnauth n’a pas eu d’autre choix que d’avoir recours à la révocation, a-t-il déclaré en conférence de presse, ce vendredi 26 juin.

Après être revenu sur l’historique du St-Louis Gate, le nouveau ministre de l’Énergie a indiqué que le PM a transmis le document de la BAD à l’ICAC pour enquête.

Cependant, Joe Lesjongard a attiré l’attention sur des interrogations qui se posent dans cette affaire. Notamment par rapport à Paul Bérenger, dont le nom est cité dans cette affaire. Le ministre de l’Énergie a souligné que Paul Bérenger “a souvent martelé” au mois de juillet 2014 et août 2015 au sein de l’Assemblée nationale « pou ena black out dan pei » au cas où le projet de la station de St-Louis n’aboutit pas. La BAD étant « une institution de renommée internationale », Joe Lesjongard a estimé que le leader du MMM “devra prendre ses responsabilités”.

Revenant également sur les faits, Maneesh Gobin a réitéré la gravité de la situation.

Aux membres de l’opposition, Bobby Hureeral a lancé que « bann swadizan prinsip ki zot ena, mask pe tonbe ».