Carina gouden
  • Carina Gounden, activiste : « J’ai moi-même ressenti des symptômes de la marée noire »

Une guerre larvée est déclarée entre Carina Gounden du mouvement Aret Kokin Nou Lapalz (AKNL) et un membre du gouvernement. Ce dernier a osé reprocher à la jeune activiste d’avoir fait des déclarations « pour créer de la panique parmi la population ».

Selon Carina Gounden, de l’huile lourde déversée du Wakashio émet des substances toxiques qui pourraient être néfastes à la santé des gens. D’où son appel aux gens qui habitent dans les alentours de la zone sinistrée de prendre les précautions nécessaires. Or, selon ce membre du gouvernement, le rapport du ministère de l’Environnement indique qu’aucune substance toxique n’émane de l’huile lourde.

Toux, dessèchement de la peau, essoufflement, fatigue… Ce sont les symptômes qu’a ressentis Carina Gounden, membre actif du mouvement AKNL, après avoir assisté à une émission diffusée en direct de Mahébourg la semaine dernière. La jeune activiste a alors demandé à la population de prendre les précautions nécessaires pour que l’hydrocarbure émanant du vraquier Wakashio n’affecte pas leur santé. À l’issue de cette déclaration, elle aurait reçu un appel d’un membre du gouvernement le lundi, lui reprochant de « créer de la panique » parmi la population.

« La semaine dernière, j’ai participé à une émission en direct de Mahébourg ayant pour thème les séquelles du déversement d’huile lourde dans nos eaux. Je milite au sein du mouvement AKNL pour la protection de l’environnement. Outre les séquelles du déversement d’huile sur l’environnement, je m’inquiète aussi de la santé des gens qui habitent autour et celle des volontaires qui ont participé à la campagne de nettoyage du lagon. Les personnes présentes ainsi que les auditeurs ont trouvé mon intervention pertinente, ce qui n’a pas plu à ce membre du gouvernement. Je n’ai critiqué personne mais j’ai voulu alerter les habitants sur les symptômes suite à une exposition d’hydrocarbure », affirme Carina Gounden.

En effet, sur sa page Facebook, Carina Gounden relate qu’elle a reçu un appel de ce membre du gouvernement vers 17h lundi . Ce dernier lui reprochait « de faire de la politique et de créer la panique parmi la population » alors qu’aucun cas de malade, due à l’émanation d’hydrocarbure n’a été recensé jusqu’ici. « Il m’a fait comprendre que se basant sur un rapport émis par le ministère de l’Environnement, il avait été déclaré qu’aucune substance toxique n’émane de l’huile lourde provenant du Wakashio et qu’aucune personne n’est tombée malade à ce jour après une exposition à l’hydrocarbure. Il m’a demandé si je faisais de la politique et quel parti je représentais. Enfin, il m’a demandé de venir avec des cas particuliers », confie-t-elle.

« Je parlais bien de symptômes. J’ai moi-même ressenti les symptômes après avoir passé des heures sur cette plateforme en direct à Mahébourg. Qu’adviennent-ils des gens qui habitent dans les alentours ? », se demande Carina Gounden. Pour justifier sa déclaration, elle a envoyé les coordonnées d’un pêcheur, qui s’est porté volontaire pour le nettoyage du lagon et qui a été exposé directement à de l’huile lourde. « Le pêcheur est tombé malade et souffre de problèmes respiratoires. Il s’est d’abord rendu au dispensaire de l’endroit puis à l’hôpital de Rose-Belle. Je me demande comment le ministère de la Santé n’a pas été en mesure de recenser ce cas », dira Carina Gounden. Elle a publié un nouveau “post” sur sa page Facebook, montrant un message WhatsApp qu’elle a envoyé à ce membre du gouvernement dans lequel elle insiste sur le fait « que les risques de tomber malade sont bien réels ».