« Honourable Leader of Opposition is saying ‘nine years and I haven’t come clean’. But nine years, they were enquiring. Their ICAC was enquiring. And never have I been convened to ICAC. So, there was no issue ».

C’est ce qu’a rétorqué le Premier ministre, Pravind Jugnauth, ciblé par une troisième Private Notice Question (PNQ) sur l’affaire Angus Road, enquête initiée sur sa personne depuis plusieurs années par la commission anticorruption (ICAC) concernant l’achat d’un terrain à Angus Road.

Questionné quant à un paiement en cash allégué d’un montant de Rs 1 M, le Premier ministre devait déclarer que « no offence has been commited » en se basant sur les enquêtes de l’ICAC.

Le chef du gouvernement a ajouté que la commission anticorruption « did not disclose any offence » dans cette affaire. Soutenant que le leader de l’opposition, Arvind Boolell, se basait sur des « frivolous allegations ».

Le Premier ministre a indiqué que l’ICAC avait entamé une première investigation sur ce dossier le 15 mars 2011 avant qu’elle ne soit « discontinued » le 9 mai 2011. Une deuxième enquête a été initiée du 20 octobre 2013 au 27 juin 2014, a-t-il poursuivi.

Avec de nouveaux éléments venant s’ajouter à cette affaire, le Premier ministre a affirmé qu’une nouvelle enquête a été lancée en 2020. De fait, « les informations demandées (par le leader de l’opposition) ne peuvent être divulguées », s’est défendu le Premier ministre.

Le leader de l’opposition a relevé la circulation de reçus qui attesteraient d’un paiement en liquide de plus de Rs 350 000, ce qui irait à l’encontre des lois.

« I witnessed the show of the Leader of Opposition », a rétorqué Pravind Jugnauth. « Pourquoi n’est-il pas allé à la police ou à l’ICAC? »

Par ailleurs, le député Shakeel Mohamed devait demander au Premier ministre s’il allait demander au Serious Fraud Office de résumer son enquête sur Angus Road. Et ce, après la missive adressée par l’ancien Attorney General, Ravi Yerrigadoo, en 2015, demandant à cette institution investigatrice du Royaume-Uni de « close its file » sur cette affaire.

« (Le député) devrait savoir que c’est l’ICAC qui décide », a répondu le Premier ministre.

A noter que les députés de l’opposition, Patrick Assirvaden et Shakeel Mohamed, ont été expulsés de l’hémicycle et que la séance a été suspendue.