Avec la réouverture des frontières, hier, vendredi 1er octobre, « le pays doit dorénavant mettre toutes les chances de son côté ». C’est le souhait de Paul Bérenger, qui s’est exprimé lors de la conférence de presse du MMM ce samedi à Ebène.

Il est du devoir de tout un chacun de redoubler de vigilance et de précaution, a estimé le leader des mauves. Paul Bérenger a fait ressortir qu’il est de la responsabilité du gouvernement de « ogmant vizilans dan lotel, kotign fer test kouma avan ek sequencing ».

Commentant les affaires d’Air Mauritius, Paul Bérenger a dénoncé ce qu’il qualifie de « chantage à la liquidation » des administrateurs. Ne voyant pas d’un bon oeil, la mega-structure englobant MK, AML, ATOL et la MDFP, ce dernier a argué qu’il y avait une autre alternative : « Réinventer complètement Air Mauritius ». « Nou riske ale ver enn katastrof », a-t-il fustigé.

Dans un autre volet, Paul Bérenger a une fois de plus fait part de ses craintes quant aux nominations proposées de proches au sein des commissions électorales. Passant en revu les amendements apportés par le gouvernement MSM/MMM en 2003 pour que les nominations soient faites par le président de la République de concert avec le Premier ministre, le leader de l’opposition et les leaders des partis, Paul Bérenger observe que, pour le moment, il n’y a pas eu de consultation avec les leaders des partis politiques siégeant au parlement. « Nou a gete ki pou arive », a-t-il ajouté.

Abordant la St Louis Gate, Paul Bérenger a rappelé qu’il était le premier politicien à avoir dénoncé les « magouilles » entre la CEB et BWSC en 2015 au parlement. Pourtant, jusqu’ici « rien n’a été fait au niveau de l’ICAC et de la police ».

Le leader du MMM a également commenté le « cafouillage » autour des résultats du HSC. « Cambridge finn rekonet zot erer, me zot bisin dir si lor lalis boursye ena erer », a-t-il conclu.