- Publicité -

Rezistans ek Alternativ dénonce la mégalomanie des formations politiques

Le parti Rezistans ek Alternativ a réitéré sa demande pour la création d’un front commun unitaire entre oppositions parlementaire, extra-parlementaire, syndicats, mouvements associatifs des jeunes et des femmes et la société civile. Et ce, afin de faire changer le système actuel à un « tournant historique » du pays 50 ans après son Indépendance.

- Publicité -

Ashok Subron a, d’abord, commenté la lettre anonyme circulant ces dernières semaines et a déclaré que « si la lettre anonyme émane fort probablement du propre Senior Advisor du PM et que cette lettre a été citée par ce dernier à l’Assemblée, et si c’est avéré que c’est Ken Arian, ce sera un cas de machination de très grande ampleur au sommet de l’État. » Pour ReA, le Premier ministre sera directement impliqué dans cette affaire si tout cela est vrai.

Dans le deuxième volet des discussions sur la situation au niveau de l’opposition, Ashok Subron a déclaré que « Bérenger et Ramgoolam ont raté le coche de l’Histoire. » En effet, selon lui, « on est dans un moment historique du pays, dans un tournant, et cela il faut le reconnaître », car « notre pays après 50 ans d’Indépendance est au milieu de grandes manœuvres géopolitiques, économiques et militaires qui s’aggravent de plus en plus au niveau mondial. » De plus, ces deux dernières années ont vu la naissance « de grandes mises en mouvement du peuple » et qu’il faut pouvoir en extraire du positif pour faire avancer le pays. Pour ReA, « une partie de l’opposition a gaspillé et torpillé cette énergie protestataire. » Le parti dénonce ainsi « la mégalomanie qui traverse plusieurs formations politiques en ce moment. »

Ashok Subron a ainsi lancé un appel pour « commencer à changer cet operating system du pays qui a crash en proposant un front unitaire pour tomber d’accord sur un nombre de grandes transformations constitutionnelles, avec pour objectif d’aller vers des élections référendaires. » Stefan Gua a, pour sa part, rappelé que le case mis en Cour pour contester le Limitation claim de Rs 719 millions à l’État mauricien d’Okiyo, propriétaire du MV Wakashio, sera entendu pour la première fois le 19 août. Des procédures légales avaient été entamées le 18 juillet dernier pour contester cette somme et pour dire que “l’État mauricien n’est pas mandaté pour défendre les 4,622 victimes des régions de Trou d’Eau Douce au Bouchon, enregistrées auprès de ReA.”

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour