Reza Uteem

« Collendavelloo bizin ale ». C’est ce que réclame Reza Uteem, président du MMM, sollicité suite à l’éclatement du Turbine Gate avec l’enquête et les sanctions prises par la Banque africaine de développement (BAD) à l’encontre de Burmeister & Wain.

La BAD soupçonne, après enquête, qu’une partie des fonds alloués pour le projet de Centrale de Saint Louis, inaugurée par le DPM Ivan Collendavelloo, a été utilisée comme « bribery ».

« Le Premier ministre continue à faire comme si de rien n’était et il n’y a aucune sanction », fustige Reza Uteem.

Il rappelle qu’en 2015, une PNQ avait été posée en ce sens par Paul Bérenger, leader de l’opposition d’alors. Toutefois, Ivan Collendavelloo avait refusé l’ouverture d’une enquête sur la question.

« Ivan Collendavelloo doit expliquer pourquoi il a protégé cette compagnie », relève Reza Uteem, avant d’ajouter que « nou pa fer enn sou konfians l’ICAC », qui devrait enquêter sur ce dossier.

Selon Reza Uteem, la décision du Central Electricity Board de se référer à la commission anticorruption, suite à l’enquête et aux sanctions prises par la BAD à l’encontre de Burmeister & Wain, »est une vaste campagne de Cover-up ».