Un an après les faits, les dégâts écologiques et sociaux causés par l’échouement du MV Wakashio n’ont pas encore été établis. Pourtant, l’acte de quittance entre l’Okiyo Maritime Corporation, représentant des propriétaires japonais, et l’Etat mauricien circule dans la région de Mahebourg.

Document en main, Ashok Subron tire la sonnette d’alarme. Dans ce document, il est mentionné que les signataires, soit ceux ayant été affectés par la marée noire, abandonnent toute chance de poursuivre l’Etat mauricien et les propriétaires japonais. Et ce, contre une compensation de Rs 30 000.

Alors « ki pa ankor etablir ki dega ekolozik ek sosial Wakashio finn fer, kouma pe kapav fer sign enn dokiman » qui, selon Ashok Subron, « dédouane les propriétaires du vraquier et l’Etat mauricien ».

Pour le syndicaliste, il s’agit d’un « complot grave entre le gouvernement mauricien et les japonais ». D’ailleurs, selon Ashok Subron, toute l’affaire entourant le MV Wakashio a été faite jusqu’ici en toute « opacité ».

Le syndicaliste exhorte le Premier ministre, Pravind Jugnauth, à venir de l’avant avec des explications sur ce document. « Eski finn ena enn deal ant gouvernma ek Zapone? », s’interroge-t-il.

Rezistans ek Alternativ compte « fer kas sa bann papye-la ».