La requête du Speaker de l’Assemblée nationale au leader de l’opposition devait amuser l’ensemble de l’hémicycle. « Withdraw your horse! », a réclamé Sooroojdev Phookeer à Arvin Boolell, qui n’a pu dissimuler un sourire de derrière son masque sanitaire.

La demande de Sooroojdev Phookeer est intervenue après qu’Arvin Boolell ait demandé au Premier ministre, Pravind Jugnauth, de ne pas jouer la carte de l’opacité lors de la quatrième Private Notice Question (PNQ) sur l’affaire Angus Road.

Concerné par cette enquête de la commission anticorruption sur l’achat d’un terrain pour plusieurs millions, le chef du gouvernement devait répéter que les deux précédentes investigations sur cette affaire avaient été « discontinued on decision of ICAC ».

Pour sa part, le leader de l’opposition a « maintain » que l’enquête « has been kept in abeyance ».

« How can you maintain? Put a question », a ordonné le Speaker.

Arvind Boolell a poursuivi en soutenant que des reçus attesteraient d’un paiement allégué en cash, et ce, au-delà de la limite prescrite par la loi, avait-il soutenu plus tôt.

Le Premier ministre a « take objection », demandant au leader de l’opposition de prouver ses dires « with documentary evidence ».

« Let me give my ruling », a lancé le Speaker, alors que des commentaires fusaient de toutes parts de l’hémicycle. « Oh, I listen to your ruling? », a-t-il poursuivi à l’intention du leader de l’opposition.

Speaker : You don’t have to comment. This is unparliamentary. Withdraw these words!

Boolell : Which one? ‘Horse’ or ‘hold your horse’?

Speaker : Withdraw your horse.

Rires dans l’hémicycle

Boolell : You want me to withdraw my horse. Ok. Stay on your mule then, I withdraw my horse.

« Not yet… Not yet? »

Cette quatrième PNQ pour la quatrième semaine consécutive sur l’affaire Angus Road a également vu l’intervention de trois ministres. Se basant sur les Standing Orders, Alan Ganoo a soutenu qu’une question ne pouvait faire état d’allégations. Alors qu’Avinash Teeluck a affirmé qu’une question qui avait déjà été « answered » ne pouvait être de nouveau poser.

De son côté, Joe Lesjongard a demandé que soit « withdrawn » le mot « liar » que le leader de l’opposition a lancé au Premier ministre.

Le leader de l’opposition devait taxer des membres de la majorité de « errand boys and survive boys ». Avant de demander au Premier ministre de « disclose the truth ».

Les membres de la majorité ont, cependant, relevé qu’Arvin Boolell n’avait pas retiré ses mots.

« He has already withdrawn! », a affirmé le Speaker avant de réaliser que tel n’était pas le cas. « Not yet… Not yet? », a-t-il questionné en se tournant vers la majorité.

« If the errand boys and survive boys are happy, I withdraw », a soutenu le leader de l’opposition.

« Drowning in muddy water ».

Par ailleurs, le Premier ministre et le leader de l’opposition ont croisé le fer sur la manière dont les enquêtes de 2011 et 2014 auraient été « discontinued ». Le leader de l’opposition a argué que l’ICAC seule ne peut mettre un terme à une enquête sans consulter le Directeur des poursuites publiques.

« En d’autres termes, le leader de l’opposition allègue que (le précédent directeur général de l’ICAC) est un incompétent car il n’a pas référé l’affaire au DPP », devait commenter Pravind Jugnauth.

Plus tôt, le Premier ministre a cité le nom d’un ancien membre du board de l’ICAC, générant des critiques de l’opposition qui lui a demandé de « respecter la femme! ». Pravind Jugnauth a, de fait, retiré ses mots. Non sans en préalable avoir lancé un sonore : « Ta ale do boufon! »

Au terme de la PNQ, le Speaker devait reprendre le leader de l’opposition à l’effet qu’il aurait « taken a bad habit » de « commenter » à son encontre. L’accusant, en outre, de faire des « accusations » et insinuations ». Sooroojdev Phookeer lui a, d’autre part, demandé de ne pas « venture into trouble waters » et de « put clear questions ».

Boolell: I cannot be held responsible if the Government is drowning in muddy water.