Les habitants de Highlands peuvent enfin souffler. Après 40 jours, leur village a été enlevé de la liste de « zones rouges » hier, mercredi 20 avril. Les marchands de légumes et autres commerçants peuvent désormais reprendre une activité « normale ».

Décrété zone rouge le 12 mars par le gouvernement, Highlands avait vu ses entrées et sorties être strictement contrôlées par la police afin d’y limiter l’accès.

Dorénavant, chaque route principale, les ruelles latérales, dont des « sime kann » qui mènent en dehors du village, sont désormais libre d’accès.

« Nous sommes soulagés de ne plus faire partie de la zone rouge. On pourra sortir un peu plus sans être stressés par les barrages de police », se réjouit une habitante de Highlands.

Malgré sa taille, Highlands ne dispose d’aucun supermarché. Les plus proches sont à Phoenix, plus précisément à Valentina et à Camp-Fouquereaux. A l’instauration de la zone rouge, les habitants ont dû se tourner vers les boutiques du coin. Sauf qu’elles n’étaient pas ouvertes pendant le confinement.

Après l’annonce des autorités, hier après-midi, les marchands de légumes et autre petits commerces ont sereinement repris du service dans le respect des mesures sanitaires.

« Avec le confinement, il y a moins de clients. Mais certains habitants de la région sont toujours en quarantaine. Toutefois, nous pouvons nous déplacer un peu plus librement en dehors de Highlands », soutient une commerçante de la région.

Par ailleurs, les villages du Sud, soit Surinam, Chemin Grenier, Chamouny, Riambel et Rivière des Galets, sont toujours en zone rouge.