French Overseas Minister Sebastien Lecornu (C) meets members of France's Marine Nationale before visiting the oil spill site caused by the agrounded vessel MV Wakashio, belonging to a Japanese company but Panamanian-flagged, in Mahebourg on August 16, 2020. - A ship that has leaked more than 1,000 tonnes of oil in pristine waters off the coast of Mauritius has split in two. The bulk carrier MV Wakashio ran aground on a coral reef off the southeastern coast of Mauritius on July 25 and began oozing oil more than a week later, threatening a protected marine park boasting mangrove forests and endangered species. (Photo by Fabien Dubessay / AFP)

De retour à l’île de la Réunion après une visite des lieux ce dimanche, le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, s’est confié à la presse réunionnaise suivant son passage à Maurice. Pour le ministre français, « ce naufrage est curieux à bien des égards ».

En mission sur demande du président Emmanuel Macron afin de superviser le dispositif d’aide contre la pollution maritime à Maurice suite à l’échouement du MV Wakashio, le ministre des Outre-mer a déclaré que « le contrôle maritime mauricien n’a pas complètement fonctionné comme le nôtre aurait fonctionné. Ce n’est pas du tout un jugement de valeur. C’est un fait ».

En ce qu’il s’agit de l’enquête, le ministre français a indiqué hier que « sur le volet judiciaire, le parquet n’est pas saisi. Il faut dire qu’on est dans les eaux territoriales et sur les côtes mauriciennes, et donc on est en dehors de l’emprise de l’Etat souverain de la république française ».

Il poursuit en expliquant que le Wakashio ne se trouve, à cet effet, pas dans une zone maritime internationale. « C’est à la république de Maurice de faire ce qu’elle doit faire et elle le fera, le Premier ministre mauricien s’est engagé près de moi », souligne Sébastien Lecornu.

Le ministre des Outre-mer soutient néanmoins que des experts et militaires français sont bien évidemment à la disposition de la justice mauriciennes pour apporter tous les éléments qu’ils auraient pu constater sur place.

A lire également :des experts dépêchés de France pour assister Maurice