Photo illustration

 Une autorisation qui soulève l’incompréhension des autres établissements

La publication de la liste des crèches qui seront autorisées par le ministère de l’Égalité des Genres à accueillir les petits à partir de demain a suscité l’incompréhension, voire un sentiment de frustration chez d’autres responsables d’établissements. C’est dans l’après-midi de vendredi dernier que les autorités ont informé le public que 16 crèches à travers le pays ayant été inspectées par des officiers du ministère, respectant les conditions du protocole sanitaire établies et dont le personnel a reçu deux doses du vaccin contre la Covid-19 certifié par le ministère de la Santé seront en mesure de rouvrir leurs portes à partir de demain.

« C’est de la discrimination ! » scande Jaya Nursimulu, présidente de la Private Pre-Primary School Managers Association. Cette dernière, dont l’association regroupe 40 crèches, explique que d’autres établissements ont également respecté le protocole exigé par les autorités et n’attendent que la visite des inspecteurs afin de pouvoir reprendre leurs activités. « Est-ce par manque d’officiers que le ministère ne peut procéder à des inspections dans les crèches ? » se demande Jaya Nursimulu. Depuis, hier matin, dit-elle, des parents inquiets l’appellent. Et ses appels au ministère de l’Égalité des Genres, hier matin, n’ont rien donné.

Cette décision, selon Jaya Nursimulu, peut semer des doutes chez les parents, alors que des crèches sont déjà aux normes sanitaires. De son côté, la responsable d’une crèche confie : « Mon personnel est vacciné, nous avons tous fait comme exigé pour accueillir nos enfants. J’ai appelé le ministère pour une visite à la crèche, mais en vain. Aujourd’hui, j’apprends que 16 crèches vont rouvrir ! »