- Publicité -

40 ans de la Fondation Georges Charles : Vers l’accompagnement des enfants déficients intellectuels

La fondation Georges Charles, organisation non gouvernementale enregistrée auprès de la Fondation nationale de l’Intégration sociale, du ministère de l’Éducation et celui de laSécurité sociale, a célébré le 30 juillet ses 40 ans d’existence. Sa mission, selon son manager, Jean-Marie Malepa, est d’accompagner les enfants ayant de déficience intellectuelle.

- Publicité -

Opérant comme une école pour les enfants ayant des besoins éducatifs spéciaux (SENS) et créée en 1982, la fondation Georges Charles est basée à Pointe-aux- Sables. Elle compte 65 adhérents qui sont pris en charge par un personnel de 22 membres dont des enseignants encadrant le personnel administratif. Jean-Marie Malepa, le responsable, souligne que la fondation Georges Charles s’adresse aux enfants et jeunes adultes handicapés mentaux. Sa mission est de favoriser leur intégration dans la société par l’éducation et la formation.

Cette fondation aide également les élèves ayant une déficience intellectuelle à développer leurs compétences, leur permettant ainsi de réaliser leur plein potentiel et d’intégrer éventuellement le marché du travail. Il s’agit aussi, dira Jean-Marie Malepa, d’encadrer ces élèves qui ont une déficience intellectuelle mais qui sont doués quand même. « Notre objectif est d’aider ces enfants à être autonomes et à intégrer la société. »

Véritable cri du cœur de Jean-Marie Malepa qui trouve que le handicap intellectuel n’est pas facile à être détecté et qu’il est urgent de trouver des repères pour permettre à ces jeunes d’avoir une meilleure chance dans la vie. « C’est le handicap qu’on ne voit pas, c’est encore tabou dans notre société. Il faut préparer ceux qui souffrent de ce type de handicap une fois hors de la fondation pour qu’ils continuent à avoir une vie normale. »

L’idée de créer la fondation a émergé en 1982 lorsque Bernard Desmedt, venu à Maurice pour investir dans lazone franche avec ses deux enfants handicapés, François et Gautier, s’était mis à la recherche d’un cadre pour ses fils. Comme il n’avait aucun contact, il a eu une rencontre avec le cardinal Piat, évêque de Port-Louis à l’époque, pour parler de son combat en tant que père. Il avait été présenté au frère Antonio qui lui a proposé un terrain sur la rue Terrasson, à Pointe-aux-Sables, endroit où a été bâti le siège de la fondation, en hommage aux deux grands-pères des deux enfants. Entre-temps une certaine Marriane Chérie, mère célibataire, cherchait une résidence pour abriter ses enfants, Fabrice et Jennifer. L’offre lui a été faite de s’installer dans les locaux de la fondation et de s’occuper des fils de M. Desmedt.

La fondation Georges Charles a vite fait de parler d’elle et d’autres enfants souffrant de handicap ont été accueillis. Et c’est ainsi que la directrice, Gisèle Ithier, et d’autres bénévoles ont donné à ce lieu une réelle vocation. Il a fallu avoir recours à des sponsors pour financer le projet et, de fil en aiguille, l’école de la fondation Georges Charles a accueilli 65 enfants et jeunes adultes dans la tranche d’âge de 5 à 45 ans en situation de handicap intellectuel.

 

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour