- Publicité -

À Ébène : Eaux usées et matières fécales inondent un canal

Dans le canal longeant les bâtiments sis en face du rond-point de la cybercité d’Ébène, la couleur de l’eau n’est pas normale et dégage une forte odeur nauséabonde qui ne laisse doute sur l’origine des écoulements.

- Publicité -

Interpellé par une rumeur selon laquelle cette eau fétide découle du système d’évacuation d’eaux usées d’Alexander House, Week-End s’est rendu sur place pour s’enquérir de la situation. Toute porte à croire que c’est le mauvais entretien, voire la rupture du système de canalisation de ce bâtiment, implanté depuis près de 15 ans, qui est à l’origine de ce flot.

L’odeur nauséabonde prend à la gorge et se répand dans les environs de cette partie d’Ébène. C’est un bien triste spectacle qui s’offre aux yeux des nombreux passants qui empruntent quotidiennement les trottoirs longeant le canal, où déferle un flot d’eaux usées, mêlées aux déchets solides jetés par des pollueurs. Les pluies qui arrosent le pays actuellement ne sont pas pour arranger les choses. Cette accumulation de matières fécales et de détritus, on s’en doute bien, favorise le pullulement d’insectes, en particulier de moustiques, source de nuisances pour les piétons et les travailleurs des bureaux de la cybercité. De nombreux témoignages laissent penser que ces eaux émaneraient d’Alexander House.

« Cela fait des semaines que cela dure. Il n’y a rien de plus incommodant qu’un flot d’eaux usées s’écoulant devant votre lieu de travail et qui, sur leurs parcours, récupèrent des détritus. Kan ou trouve ki kantite maladi pe fini enn ta pei, mo poz mwa la kestion ki bann otorite pe atann pou resoud sa problem-la », souligne un piéton. Tout porte à croire que c’est le dysfonctionnement du réseau d’assainissement d’Alexander House qui provoque cet écoulement. Nos tentatives de joindre un des responsables du bâtiment se sont soldées par des échecs. L’inspecteur Vishwanaden Amasay, de la Police de l’Environnement, soutient qu’il compte dépêcher une équipe sur place aussitôt que possible et contacter la Wastewater Management Authority (WMA) pour remédier à la situation.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour