- Publicité -

A la foire de Mahébourg : des touristes français sous le soleil « rouge écarlate »

  • « Nous ne sommes pas plus à risques ici qu’ailleurs »
  • Des regrets de ne pouvoir partir à Rodrigues pour des vacances

Ils étaient déjà en vacances à Maurice quand la France a placé le pays sur la liste rouge écarlate. Ces touristes français se disent surpris par une telle décision car ils ne se sentent pas plus en danger ici qu’en France ou ailleurs, disent-ils. Leur seul regret : n’avoir pu partir à Rodrigues alors qu’ils avaient fait le déplacement surtout pour cela. Ils attendent également avec impatience les dernières annonces des autorités françaises, tout en espérant que cela ne va pas compliquer leur retour.

- Publicité -

Martine et Alain Ruer ont voyagé par le bus pour se rendre à la foire de Mahébourg, en ce lundi. Munis de leurs masques, ils arpentent les allées, tout en respectant les gestes barrières. « Sommes-nous les derniers touristes ? », plaisante Martine, lorsqu’on lui demande si elle se sent en sécurité à Maurice. Le couple est venu en vacances depuis le mois de novembre.

La décision de la France de placer Maurice dans la liste rouge écarlate les a pris par surprise. « On ne comprenait rien. Sur le coup, je me suis demandée si on devait écourter les vacances et prendre l’avion dès le lendemain. Mais par la suite j’ai compris que tel n’était pas le cas », confie Martine.

Son époux Alain ne cache pas son étonnement d’une telle décision car selon lui, les gestes barrières sont plutôt bien respectés à Maurice. « Déjà quand on arrive à l’aéroport on fait le test. On prend notre adresse, un mail, un numéro de téléphone, pour nous contacter si jamais il y a un problème. En plus, le port du masque est obligatoire ici et nous sommes partis à plusieurs endroits où les gestes barrières sont bien respectés. En France ça l’est bien moins. Je trouve quand même bizarre qu’on impose Maurice en rouge alors que chez nous, c’est moins discipliné », ditil.

Le couple regrette toutefois qu’il n’y ait pas de prise de température ni de distribution de gel hydroalcoolique à la foire de Mahébourg. « Nous étions  partis à la foire de Quatre-Bornes et là-bas ils le font. Cela aurait dû être le cas ici également », fontils comprendre. Il souhaite ainsi que le protocole soit appliqué partout.

Alain et Martine attendent ainsi avec impatience les dernières décisions des autorités françaises, afin d’être fixés sur leurs conditions de retour. « Pour l’heure, nous devrons faire un test PCR 48h avant de prendre l’avion et un autre à l’arrivée. Si c’est négatif, ce sera l’isolement à la maison, autrement, il faudra faire la quarantaine dans un hôtel. Nous ne savons  pas si ce protocole va évoluer. On attend aussi les discussions entre les deux gouvernements »ajoutent-ils.

Le couple repartira toutefois avec un regret : n’avoir pu se rendre à Rodrigues. C’est pour cette destination qu’ils avaient fait le déplacement en priorité. Personne ne leur a dit que l’île était fermée. « Nous avons  dû passer les vacances à Maurice alors que nous voulions aller à Rodrigues. Nous avons eu notre billet d’avion et tout… puis, finalement on nous a dit qu’on ne pourra y aller », regrettentils.

Un peu plus loin, au magasin I love Mahébourg, Maribel et Victor se disent aussi étonnés de la décision de placer Maurice en zone rouge écarlate. « C’est surtout une question politique entre pays », dit Maribel qui est arrivée avec son époux depuis le 2 novembre et séjournera à Maurice jusqu’au 11 décembre. Comme le couple Ruer, ils avaient prévu d’aller à Rodrigues en priorité. L’île étant fermée, ils ont dû se contenter de Maurice.

Jusqu’ici, le séjour s’est déroulé sans problème, dans le respect des règles sanitaires. « Nous avons fait le test en arrivant, à l’hôtel il y a un protocole sanitaire à respecter, cela rassure. Je dois avouer que nous n’avons pas été très perturbés par le Covid car cela existe aussi en France », ajoute Maribel.

Elle parle également de confusions suivant la nouvelle que Maurice était désignée dans la liste rouge écarlate. « Nous ne comprenions  pas trop. Nous nous sommes demandés s’il fallait anticiper le vol de retour. Nous  croisons les doigts pour que nous puissions compléter notre séjour », laissent-ils entendre.

En ce qu’il s’agit des risques par rapport au Covid-19 et ses variants, Maribel avance qu’il n’y a pas plus de risques ici qu’ailleurs. « Tous les pays sont confrontés au virus. Je constate que les précautions sont prises ici. À chacun de les appliquer aussi.  Moi je ne me sens pas plus inquiète ici qu’en France. Quand nous étions partis  il y a trois semaines, il y avait pas mal de contaminations là-bas également. Je ne me sens pas plus stressée ici. »

Maribel et Victor ont pris leurs dispositions pour les dix jours d’isolement à la maison. Ils attendent de prendre connaissance des nouvelles mesures sanitaires par les autorités françaises et souhaitent que leur retour se fasse dans de bonnes conditions.

Victor ajoute pour sa part que le voyage était prévu depuis mars 2020 et que la pandémie a bouleversé tous les projets. Il affirme que le protocole sanitaire ne le décourage pas à voyager. Son seul regret réitéré demeure qu’il n’a pu se rendre à Rodrigues.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour