Photo illustration

Port du casque, plaque d’immatriculation, learner ou licence, enregistrement obligatoire

À partir du 1er mars, les usagers des deux roues électriques auront de nouvelles lois à respecter. Ils seront ainsi appelés à porter de casques de sécurité et de gilets fluorescents à la nuit tombée. Ils devront en outre non seulement enregistrer leurs véhicules auprès de la NTA, avec obligation de “horse power” et de plaques d’immatriculation. Les usagers devront aussi assurer leurs véhicules. Les réglements pour les deux roues à moteur seront ainsi appliqués aux deux roues électriques également.

« La Road Traffic Act 2019 a été amendée afin que les mobylettes et motocyclettes électriques tombent dans la même catégorie que les mobylettes et motocyclettes avec moteur. Cet amendement permet l’enregistrement de ces véhicules. En effet, le conseil des ministres a validé la décision. Ceci dit, toute personne qui achètera une mobylette ou motocyclette électrique à partir du 1er mars devra enregistrer son véhicule à la National Land Transport Authority. Elle obtiendra un Horse Power ainsi qu’une plaque d’immatriculation. En ce qui concerne les personnes qui possèdent déjà une mobylette ou motocyclette électrique, ils ont jusqu’au 2 juillet pour se conformer aux réglements. De 2010 à 2020, nous avons importé environ 23 000 mobylettes et motocyclettes électriques à Maurice », déclare le ministre de tutele, Alan Ganoo.

Pour l’enregistrement de ces 23 000 véhicules jusqu’au 2 juillet, Alan Ganoo soutient que le ministère du Transport, en collaboration avec la NLTA, préparera un plan. La NTA émettra par la suite un communiqué pour annoncer les procédures. Il ajoute également que la loi sera prochainement promulguée et que les propriétaires doivent obligatoirement posséder de Learner ou de permis pour les mobylettes ou motocyclettes électriques. « À partir du 1er mars, les lois mises en place pour les deux roues à moteur seront également appliquées pour les deux roues électriques. Le port d’un casque de sécurité est ainsi obligatoire. Le propriétaire devra aussi fixer une plaque d’immatriculation sur son véhicule, qui devra d’ailleurs avoir le même fond que pour les deux roues à moteur. La plaque d’immatriculation devra contenir une bande bleue (la lettre E en bleue) pour identifier le véhicule comme électrique. Un maximum de deux personnes sera permis sur les deux roues électriques et la mobylette ou motocyclette électrique devra être assurée », fait-il ressortir.

De plus, dans le cadre du projet l’île Maurice verte, les propriétaires de motocyclettes électriques ne paieront que 50% pour leur déclaration, comme dans le cas des voitures électriques. Les mobylettes électriques, en revanche, ne sont pas concernées. Par ailleurs, le ministre explique qu’il y a quatre catégories de deux roues électriques, soit les : moins de 4 kW, les 4 kW à 11 kW, les 11,1 kW à 35 kW et les plus de 35 kW. Ainsi, les mobylettes d’une puissance de moins de 4 kW n’ont aucun frais à payer. Les deux roues de 4 kW à 11 kW auront, elles, des frais de Rs 300, celles de 11,1 kW à 35 kW Rs 400 et celles de plus de 35 kW Rs 500.

De plus, les deux roues de 250 Watts à 4 kW seront qualifiées comme véhicule de moins de 50 cc. Les deux roues électriques de 4 kW à 11 kW tombent, eux, dans la catégorie des véhicules de 50 cc à 125 cc, et ceux de 11,1 kW à 35 kW dans la catégorie des 125 à 300 cc. Enfin, les deux roues électriques de plus de 35 kW tombent dans la catégorie des plus de 300 cc.

Par la même occasion, Alan Ganoo a annoncé que la NTA introduira prochainement une nouvelle facilité de paiements en ligne à travers My.T pour réduire les files d’attente au siège de la NTA. En ce qui concerne les propriétaires voulant changer de couleur de voiture, il indique qu’il est obligatoire d’obtenir une autorisation de la NTA, car la nouvelle couleur devra figurer sur le “horse power” du véhicule.