Image d'illustration
  • 47% des morts étaient à moto
  • Recul de 20% du nombre d’accidents et 18% d’accidents fatals

La Covid-19 aura eu un effet positif car elle a influé le nombre de morts sur nos routes, en baisse de 9,7%, passant de 144 en 2019 à 130 en 2020, soit 14 décès de moins. Certes, avril et mai, pendant la période du lockdown, ont été les mois les moins meurtriers avec 9 morts en 2020, contre 16 en 2019.

Cette baisse ne touche, toutefois, pas les motocyclistes et leurs passagers en croupe qui sont au hit-parade des tués sur nos routes en 2020 avec 61 morts contre 56 en 2019, ce qui représente 47% – pratiquement une sur deux – de personnes ayant perdu la vie sur leur véhicule de prédilection. Autrement, tous les autres types de moyens de transport comptabilisent des baisses dans la mortalité, même si les piétons, 24 contre 34 en 2019, les chauffeurs de voitures, 37 contre 45 en 2019, enregistrent des baisses significatives de 33,7% et 36,5%, respectivement.

Baisse des accidents fatals

À noter une baisse conséquente des accidents fatals qui passent de 144 à 118, ce qui représente 18% de baisse. Paradoxalement en 2020, les accidents mortels ont eu lieu plus la nuit, avec 62 occurrences, que pendant la journée avec 56 cas ; en 2019, le nombre d’accidents pendant la journée était de 81 contre 49 la nuit. Plus d’accidents mortels entre 18h et minuit en 2020, alors qu’en 2019, on notait plus entre 12h et 18h.
La sécurité routière ne peut être que satisfaite que la baisse des morts sur nos routes s’accompagne d’une baisse généralisée de tous les types d’accidents, à l’instar des accidents fatals. Ainsi à novembre 2020, les accidents ayant causé des blessures sérieuses ont reculé de 30%, passant de 256 à 178, ceux ayant causé des blessures légères ont reculé de 2132 à 1606, et ceux n’ayant causé que des dommages matériels de 4981 à 4045, soit des baisses de 25% et 19%, respectivement. Au total en 2020, à fin novembre, le nombre d’accidents sur nos routes aura reculé de 20%.

Les voitures plus impliquées, les hommes les plus touchés

Malgré le nombre de tués supérieur pour les motocyclistes et leurs passagers, les voitures ont été le plus impliquées dans les accidents avec 58 cas contre 55 aux motos, toutes deux loin devant les autres véhicules avec 61% des véhicules impliqués dans les accidents mortels. En 2020, cinq Mauriciens ont été tués sur des bicylettes électriques, contre 0 en 2019.

Parmi les tués sur nos routes, on compte 86% d’hommes, soit 112, contre 14% de femmes, soit 18 femmes. 50 motocyclistes masculins ont trouvé la mort en 2020, contre 20 chauffeurs de voiture et 18 piétons. Chez les femmes, les piétonnes et passagères en croupe ont le plus payé de leur vie avec 6 femmes dans chaque catégorie.

Les adultes les plus vulnérables

À noter que ce sont les adultes âgés entre 26 et 50 ans qui ont été les plus vulnérables aux accidents mortels aussi bien en 2019 qu’en 2020, sauf que dans cette tranche d’âge, l’augmentation des tués a progressé de 28% cette année. La tranche d’âge qui a vu un recul des tués entre 2019 et 2020 se situe elle dans la fourchette de 58 et 59 ans avec un recul de 23,4%.

Enfin, en février, juillet et novembre 2020, il y a plus de morts sur nos routes en 2020 par rapport à 2019.

En 2020, 33% de contraventions en moins

Les caméras fixes pas opérationnelles en avril, août, septembre et octobre 2020

  • Certaines de ces caméras flashent dans le sens inverse depuis quelques jours

Même si les chiffres de décembre 2020 ne sont pas officiels, nous pouvons affirmer qu’il y a eu un net recul du nombre de contraventions en 2020 par rapport à 2019. À fin novembre dernier, 110,374 personnes avaient été verbalisées contre 161,308 en 2019, soit une baisse de 33% des contraventions.

À noter qu’il y a une baisse généralisée des verbalisations dans toutes les catégories d’infractions jusqu’à novembre dernier où les plus importantes demeurent l’alcotest positif, le non-port de la ceinture de sécurité et l’usage du téléphone portable au volant. De loin en tête, il y a aussi les other contraventions qui représentent une multitude de délits divers, loin des 40% de l’ensemble des infractions répertoriées.

Cette baisse est une bonne nouvelle sur le comportement des automobilistes, mais il faut dire que les caméras fixes ont été non opérationnelles pendant plusieurs mois à travers l’île, notamment en avril, août, septembre et octobre 2020.

En termes de revenus pour l’État, 33% de baisse de revenus est tout à fait sensible et l’on se demande si les changements d’orientation des radars sans information préalable au public sur nos routes ne constituent pas un piège pour le surprendre en ce début de nouvelle année. L’attention des automobilistes est attirée ici sur le fait que de nombreux radars ont été modifiés pour flasher de l’autre côté de la route depuis quelques jours. Le mieux est de respecter le code et les limites de vitesse.