L’activiste social Bruneau Laurette tire la sonnette d’alarme sur la situation à Agalega. « Selon les informations qui circulent au niveau local et dans certaines presses internationales, tout porte à croire qu’une base militaire se développe sur cet archipel avec l’aide de l’Inde », dit l’activiste, avant de prévenir : « Fode pa Agalega vinn enn deziem Diego Garcia. »

Il a insisté sur le fait que ce territoire « appartient à tous les Mauriciens, et non pas à Pravind Jugnauth ou sa famille ». Dans cette optique, il annonce que des Mauriciens en Suisse tiendront un rassemblement devant le bureau de l’Onu le 29 mai pour alerter l’opinion internationale sur ce qui se passe à Agalega. Bruneau Laurette confirme que le même jour, à Maurice, une action sera également entamée à Port-Louis, sans toutefois donner de détails pour le moment sur la forme que celle-ci prendra.

L’activiste social s’interroge sur les enjeux de cette base alléguée sur l’archipel. « Eski li port lor eksplwatasion enn sours petrol dan sa parti nou teritwar ? » S’il dit ne pas être contre le développement, il insiste : « Nou pei, nou teritwar ress pou Morisien. » Et de dire craindre une déportation à l’avenir, tout en rappelant que les Agaléennes doivent accoucher à Maurice. « Lor ak de naisans pa mete born in Agalega ! »

Bruneau Laurette a aussi fustigé le MMM, le PMSD et Arvin Boolell, « qui n’abordent pas ce sujet en urgence ». Selon lui, lors d’une rencontre privée en 2018 dans un hôtel, et où étaient présents quelques membres de l’opposition, le sujet d’Agalega était au menu. Il rappelle qu’aux Seychelles, il y a eu un référendum lorsque l’ancien gouvernement avait voulu céder une des îles à un pays étranger pour y ériger une base militaire. « Je lance le défi à Pravind Jugnauth de rendre public cet accord entre l’Inde et Maurice concernant Agalega. »