• Un voyage plutôt tardif en raison de la réparation du navire ces derniers jours
  • Contrairement aux habitudes, aucun représentant de l’OIDC ne se rendra en mission cette fois dans l’archipel
  • La garantie bancaire de Rs 403 000 et les autres nouvelles mesures mises en veilleuse pour l’heure

Le MV Trochetia met le cap cet après-midi sur Agalega pour le dernier voyage de l’année 2020 pour le compte de l’Outer Islands Development Corporation. Mais ce voyage est marqué par la grosse polémique à Agalega comme à Maurice autour des nouveaux règlements de l’OIDC ayant pris tout le monde de court. Serait-ce donc pour cette raison qu’aucun représentant de l’OIDC n’a préféré faire de déplacement cette fois dans l’archipel pour se rendre en mission ?

Ce voyage trimestriel de l’OIDC était initialement prévu le 28 novembre mais a été reporté à deux reprises en raison d’une panne du MV Trochetia. Selon nos informations, le navire affiche complet pour ce voyage avec une cinquantaine de passagers, notamment des Agaléens qui rentrent chez eux, des visiteurs mauriciens, et des représentants des différents ministères et autres services publics. Mais, a-t-on appris, aucun responsable de l’OIDC ne fait partie de la délégation officielle qui se rend en mission dans l’archipel en cette fin d’année alors que le voyage est organisé pourtant par cet organisme. « Personne ne se rendra en mission cette fois » nous ont confié hier des personnes proches de cet organisme. En effet, la direction de cet organisme aurait pris la mesure de la grande colère au sein de la population dans l’archipel à la suite de cette circulaire qu’elle a émise il y a une dizaine de jours et faisant état de nouvelles règles concernant les visites des étrangers dans l’archipel et le déplacement des Agaléens vers Maurice. « Bann responsab OIDC kone ki ena inpe tansion laba e zot riske gagn inpe problem si zot ale » ajoutent nos interlocuteurs.

Déconcertés par la vague de mécontentement immédiate dans le sillage de cette annonce concernant la garantie bancaire ainsi que le retrait de certaines facilités accordées aux Agaléens pour leurs déplacements à Maurice, certains responsables au sein de l’OIDC auraient laissé entendre cette semaine que ces mesures avaient été envisagées depuis plusieurs années mais que les autorités ne sont pas allées de l’avant avec leur mise en pratique.

Mais aux dernières nouvelles, le management de l’OIDC aurait décidé de « delay » la mise en pratique des “Standard operations of Procedures”. La circulaire y relative affichée de manière très visible dans le bureau de l’administration dans l’île a été enlevée cette semaine. L’OIDC aurait-elle reculé sur les nouvelles mesures ? « Pas du tout ! Les règlements sont toujours là mais c’est leur mise en pratique qui a été différée » répondent nos interlocuteurs. « Si vraiment l’OIDC a fait marche arrière, elle aurait dû émettre un communiqué pour rassurer les habitants mais elle ne l’a pas fait », font ressortir des habitants. Par ailleurs, les habitants n’ont pas abandonné leur intention d’une pétition contre ces nouveaux règlements et qui sera envoyée ensuite au PMO et à d’autres organismes.

D’autre part, au Parlement mardi dernier, à l’ajournement des travaux, Aadil Ameer Meea, député de la circonscription No 3, dont fait partie Agalega, a pris position contre cette garantie bancaire de Rs 403 000 imposée à tout Mauricien souhaitant faire un voyage dans l’archipel ainsi que sur les autres mesures touchant directement les Agaléens. « Cette décision est une atteinte à la liberté des mouvements de Mauriciens sur leur territoire et emprisonne aussi les Agaléens », a déclaré le député du MMM qui a lancé un appel à l’OIDC pour revoir sa décision.