Le négociateur syndical, Ivor Tan Yan, parle “d’abus” suite au changement dans les conditions de travail des employés d’Air Mauritius.

Face à la presse ce mercredi 30 septembre devant le bâtiment Paille-en-Queue Court, il a pointé du doigt les agissements des administrateurs de la compagnie aérienne concernant la révision du contrat de travail.

« Les administrateurs doivent obtenir le consentement des travailleurs avant d’apporter des changements à leurs conditions de travail. Et pourtant selon la loi, il faut le consentement de ces personnes », soutient-il.

Une mise en demeure a été envoyée aux administrations, hier, par le Me Komadhi Mardemootoo.

Ivor Tan Yan trouve abusif d’imposer de nouvelles conditions d’emploi. « Zot pe met travayer dan enn sitiasion ki pir ki lisansiman », affirme-t-il.

Il rappelle que face aux difficultés financières rencontrées par la compagnie nationale d’aviation, les employés ont accepté de sacrifier entre 40 et 60% de leurs salaires.

Les employés ont été catégorisés en trois groupes. Il y a ceux qui touchent moins de Rs 25 000 qui ne sont ni concernés par les réduction de salaire ou le travail à temps partiel. Ceux qui  touchent entre Rs 25 000 et Rs 50 000. Ils toucheront un salaire de Rs 25 000 minimum et travailleront à temps partiel. Le troisième groupe concerne ces employés qui touchent plus de Rs 50 000. Ils ne toucheront pas plus de 50 % de leur salaire, en conséquence que 20% à 30%.

« Le gouvernement ne peut demander aux travailleurs plus de sacrifices. Nous réclamons des comptes aux administrateurs », a-t-il lancé.