Image d'illustration

Si en cette période de fin d’année la tendance est tout naturellement aux achats, la prudence reste toutefois de mise. Même à Rodrigues. Malgré les festivités, les consommateurs font preuve de vigilance, et l’ambiance n’est pas vraiment à son apogée. COVID-19 oblige. Car si pour certains les achats se font en dépit des circonstances, pour d’autres, contrairement aux années précédentes, on privilégie la mûre réflexion.

Dans les rues de Port-Mathurin, même si boutiques et étales de foire sont peris d’assaut, « sakenn pe fer atension a so portmone », en pesant au  «long mois de six semaines» de janvier 2021. Les fruits, très prisés et de saison, tels que letchis et ananas, sont accessibles. Les pétards de toutes sortes ainsi que les amuse-bouche abondent également. Il en est de même pour les jouets, entre autres objets pour tous les goûts, afin d’embellir la maison ainsi que pour la déco du traditionnel sapin de Noël.

N’empêche que le Rodriguais a du mal à mettre la main à son portefeuille. Les commerçants sont tout aussi dubitatifs. Cela dit, l’animation gagne néanmoins du terrain, à l’instar de Mauritius Telecom, qui en propose devant ses locaux à Port-Mathurin. Le « Marché Solidaire » a aussi ouvert ses portes le 16 et restera opérationnel jusqu’au 31, en proposant une kyrielle de produits textiles, des fleurs et ceux de l’agroalimentaire, pour ne citer que ceux-là.

Pour de nombreux consommateurs, cette fin d’année ne ressemble à rien en comparaison aux précédentes. « Nou kapav dir seki nou anvi, me nou depann bokou lor bann zafer ki sorti deor. Nou ena zanfan pou al lekol dan mwa zanvie. Personn pa kone avek sa COVID-19 la ki pe atann nou devan. Pa kapav gaspiy larzan la. Bizin gard enn rezerv pou si enan enn problem nou kapav aste bann prodwi debaz pou nou fami. Enn ti kado pou aste pou bann zanfan me zot pou bizin konpran ki sa la nela pa pou kapav fer kouman avan. Zot inn fini konpran mem zot », déclare un fonctionnaire.

Un commerçant partage cet avis : « Ou kone, tou le lane, kan ariv sa lepok la, nou dir nou travay pou enn lane. Pa sa fwa la. Dimounn la vini li, me zot pa aste kouman avan. Nou kapav konpran sa. Parski mem si nou komersan, nousi nou konsomater ek paran. Avan bann klian ti pe aste boukou zouzou pou zanfan. Aster non. Enan ki fer li me pa bokou. Sa maladi ki pe pase la, aster dan Lerop pe enan boukou problem. Be nou isi dan Rodrig nou bizin fer fas. Parski nou si nou soufer avek sa », dit-il.

Le constat est clair : on privilégie l’essentiel. « Mo inn dir mo madam pa al aste bann zafer ki pa bizin. Parey pou dekorasion sapin, seki nou ti servi lane pase la, samem pou servi. Nou ti deza penn lakaz lane pase, pa bizin repenn ankor. Kout larzan sa zot. Rido ki ena la li ankor bon. Monn dir li kifer to bizin al aste ankor ? Seki pli bizin seki nou zanfan gagn manze ziska lafin dimwa zanvie. Bizin arete ek sa sistem ler lane bizin tou nef dan lakaz la », a déclaré un autre consommateur que nous avons rencontré en pleine ville.

Néanmoins, il concède que la tradition rodriguaise veut que faire plaisir soit un mot clef en cette période de fin d’année. Mais, il estime que l’achat de matériels scolaires est plus important que les guirlandes de sapin de Noël ou des pétarades. « C’est vrai que nous avons travaillé toute une année pour qu’en fin de compte nous puissions faire plaisir à notre famille. Mais les choses ne s’arrêtent pas là. Si un gros problème surgit en début d’année à cause du coronavirus, il faudra être en mesure d’avoir les moyens de gérer le problème. Pa akoz fet mo pou depans tou mo larzan. Inn nepli lamod sa. Inn depase sa mantalite-la », rajoute un autre passant.

Par contre, les principales plages de l’île, dont Mourouk, Graviers, Saint-François, Anse-Ali, Pointe-Coton et Baladirou, restent bondées de monde. Des villageois se sont mis ensemble pour des fêtes de fin d’année mettant à contribution plusieurs villages. À Anse-Ali, dans l’Est de l’île, grillades et châteaux gonflables sont au rendez-vous. L’alcool coulait à flots avec des gajaks à la rodriguaise, dont saucisses de porc, saucisses créole, poissons grillés, saucisse poulet et sans oublier le porc grillé.

Un Mauricien de passage dans l’île en cette fin d’année fait part de son appréciation : « Sa pork Rodrig-la enn lot sa Boss. Pena so segon, ek bann Rodrige mari konn prepar li. Rodrig bien repozan, tou dimounn zanti ek nou pe met lanbians. Enn moman inoubliab vinn Rodrig pena anbouteyaz ek tou dimounn koz ar ou dimounn. Fer bon viv dan Rodrig. An tou ka, mo pe retourn ankor bien vit. »

La cuisine rodriguaise conserve ses attraits, à l’instar du ‘roti koson’ et du ‘roti poul’ pour les fêtes de fin d’année. « Roti koson pou lor latab. Roti poul ousi. Me roti koson la, sannla pa pou rate sa. Apre nou gete. Parski mo koson mo ti nouri depi mwa ziye pou touye lavan vey lane. Akoz bizin fer boudin tousala ek sosis tousala », soutient un pêcheur, très jovial, visiblement très fier de lui.

Quoi qu’il en soit, comme personne ne peut dire ni prédire ce qui nous attend en 2021, alors profitons-en.