Photo d'illustration

Constat unanime en ce premier trimestre: « Kouma pe ale, pa pou kapav terminn syllabus ditu »

  La formule de deux jours pour certains collégiens et trois jours pour d’autres rend les Assessments pour le premier trimestre difficilement réalisables

Le programme scolaire se complique de plus en plus dans le cycle secondaire provoquant le flou tant parmi les collégiens que le corps des enseigants. À un mois de la fin du premier trimestre, ils sont nombreux les éducateurs qui se plaignent de ne pas pouvoir boucler le programme des cours à temps et aussi des élèves qui estiment de n’avoir pas pu se préparer pour les Assessments prévus. Dans certains cas, des enseignants n’ont même pas eu le temps de se familiariser avec leurs élèves. La formule choisie par le ministère de l’Éducation depuis la reprise de l’année scolaire pour 2021/22 le mois dernier comporte son lot de problématiques, perturbant grandement le cursus des établissements secondaires avec notamment des difficultés relatives aux syllabus des différentes matières.

« Kouma pe ale pa pou kapav termine syllabus », laissent entendre ausi unanimement des éducateurs du secondaire. Certains concèdent de ne pouvoir enseigner au rythme qu’il faut pour que les élèves puissent assimiler et sont dans l’incapacité de respecter le programme scolaire établi pour les différentes matières qu’ils enseignent. « Enn zelev ki dan form 4 ek lower, nou zwenn zot zis 2 fwa par semenn. Mardi ek zedi ek nou fer zis 1hr tan klas.  An tan normal nou ti pou travay 5 peryod ansam kifer 2h30 minit. Li lozik ki travay la pe akiz enn retard konsiderab », explique un éducateur.

Il affirme qu’à ce jour, l’élève bénéficie moins d’attention pour les leçons. « Res 1 mwa pou premie term fini, ena plas ena profeser pankor mem kone figir zelev avek ki li pe travay », poursuit-il. En effet, depuis la rentrée, les Grades 9, 9+, 11 et 13 se rendent au collège les lundis, mercredis et vendredis alors que les Grades 7, 7 Extended, 8, 8 Extended, 10 et 12 y sont que les mardis et jeudis. En principe, l’on a quatre Slots d’une heure et quinze minutes par jour par matière et pour beaucoup cette Time Allocation serait insuffisante pour boucler le syllabus du premier trimestre.  « Li kler ki bann zelev pe perdi bokou ek sa system la. Ena lekol pe retrouv zot ek enn dizenn zelev karantenn. Ala zelev reperdi klas ankor », lâche un autre enseignant du cycle secondaire.

L’on ajoute aux couacs du système éducatif, les fermetures temporaires de plusieurs établissements secondaires du pays en raison des cas positifs au Covid détectés « Deza finn ena Automatic Promotion pour bokou pou monte dan Form V, sa bann zelev la pa pe resi gagn latansion ek swivi neseser. Ena zelev oblize fer Remedial Work, me pa pe kapav. Pena sifizaman letan zordi zour pou zot okip zot », soutient cet enseignant. « Kan enn lekol ferme, se tou enn plan travay ki tonbe », poursuit-il.

L’on affirme d’ailleurs constater une « démotivation » parmi les étudiants. Ces derniers ne seraient pas emballés par la manière dont les choses se déroulent sur le plan éducatif. Dans certains collèges, le taux d’absentéisme serait aussi inquiétant avec notamment des parents qui optent de ne pas envoyer leurs enfants à l’école dans la conjoncture sanitaire. Des parents d’élèves seraient d’ailleurs angoissés par les cas de Covid-19 qui gravitent autour ou dans les enceintes des écoles et collèges.

L’on compte également des enseignants et élèves qui sont face à des désavantages découlant de la situation provoquée par la pandémie de Covid-19, notamment ceux se trouvant dans les régions qui ont été proclamées Red Zone comme notamment à Terre-Rouge, Vallée-des-Prêtres, PlaineVerte ou encore Bois-Chéri. « Ena plas zelev dan karantenn ou bien Red Zone, ena plas profeser. Dan sa bann kondision la, pa fasil ditou pou travay. Pena enn iniformite dan manyer ki bann zafer pe deroule o nivo lekol ek program skoler. Li lozik ki pou ena bokou retar dan syllabus », soutient une éducatrice. Des éducateurs affirment avoir aussi tenté d’aider les élèves des zones rouges, mais cela n’a pas marché comme on l’aurait souhaité.

Avec l’entame du dernier mois de ce premier trimestre, des enseignants mettent aussi en avant les difficultés auxquelles ils font face pour respecter le programme des différentes matières et en parallèle tenir les Assessments, soit les contrôles pour les étudiants. « Ena zelev pan swiv mem klas kouma bizin. Ena parfwa in konfond zour e pan amen ban materiel ki bizin pou travay. Zot rat zour ou zot oublie. Sitiasion bien difisil. Ban profeser si pe gagn bokou difikilte », laissent entendre certains instituteurs au sujet de l’obligation du ministère de l’Éducation de tenir au moins deux contrôles avant la fin de ce premier trimestre, le 27 août prochain.

Dans certains établissements scolaires, on note aussi un fort taux d’abstention de la part des collégiens de plus de 18 ans. Certains n’auraient pas voulu à ce stade se faire vacciner pour être présents dans les classes. « Ban gran paret pa tro interese vin lekol ek pe prefer apran lakaz. Zot pe esanz zot ban notes ant kamarad ek zis avoy zot devwar pou korize », souligne un enseignant du Higher School Certificate.

Les pressions exercées par le ministère de l’Éducation se révèlent vaines dans le contexte actuel. « Avek bann kondision ki pe prevalwar dan sak lekol, dan sak rezion, system la pa pe marse. Profeser pe gagn difikilte, zelev osi », déplore un enseignant comptant plus d’une vingtaine d’années dans la profession. Selon lui, il est vraiment difficile de synchroniser tout le système éducatif avec ce problème dynamique de la pandémie. Mais pour lui, « la relation prof-élève reste primordiale pour que l’apprentissage passe bien » et dans la conjoncture, cette adaptation reste difficile dans les deux camps.

L’on déplore également que le ministère de la Vice Première ministre, Leela Devi Dookun-Luchoomun, n’arrive pas à adresser le problème auquel fait face le système éducatif avec notamment le spectre de la propagation de la Covid-19 restant vif dans les milieux scolaires. Des critiques sont aussi émises sur la manière dont les protocoles sanitaires en cas de dépistage de cas liés aux collèges sont enclenchés, notamment en ce qui concerne les fermetures des établissements concernés jusqu’ici. « Sak lekol koumadir pe met zot prop protokol. Ena plas pe gagn ka positif, olie ferm lekol, pe ferm zis klas. Ena plas pe fer seleksion personel pou self isolation. Ban protokol la pa kler. Zelev pe gagn per ek pa p rod al lekol dan sa ban kondision la », laisse-t-on entendre avec amertume.