Celui des autres variétés reste inchangé, soit à Rs 20 le demi-kilo

Le prix de l’oignon de la variété “Toupie” risque-t-il de partir en vrille? Quoi qu’il en soit, celui-ci est désormais libéralisé. Par contre, celui des autres variétés actuellement sur le marché demeure inchangé, soit à Rs 20 le demi-kilo. Expliquant cette démarche, le ministre de l’Agro-industrie Maneesh Gobin, qui assistait, à la fin de la semaine, à la récolte de l’oignon Toupie dans l’Est du pays, a rappelé que les consommateurs ont été victimes l’année dernière d’une pratique « malhonnête sur le prix de l’oignon durant la période de confinement. Marsan ti pe tir lavi », a-t-il fait ressortir.

Voilà pourquoi le gouvernement avait décidé de fixer le prix de l’oignon et de la pomme de terre à Rs 40 le kilo. Cette décision, dit-il, a soulagé des consommateurs. Cependant, les planteurs locaux sont venus avancer que la vente de l’oignon Toupie à Rs 20 n’est pas soutenable financièrement. Et d’affirmer qu’ils ne pourront pas continuer à l’écouler à Rs 20 car la récolte de cette variété est moins par arpent en comparaison avec les autres variétés.

Leurs propositions ont alors été étudiées par les officiers du Food and Agricultural Research & Extension Unit (FAREI). Le coût de production, le rendement par arpent et celui de la main-d’oeuvre ont été alors passés en revue. « J’ai pris la décision d’aller vers la libéralisation de cette variété au conseil des ministres. Plusieurs collègues ont soutenu la proposition. Le Premier ministre a été sensible à la demande des planteurs de l’oignon Toupie produit localement. Le Cabinet a alors pris la décision de libéraliser cette variété de l’oignon produit localement », a-t-il fait ressortir.

À la suite de la décision prise par le conseil des ministres, le ministre du Commerce, Soodesh Callichurn, a décidé d’émettre de nouveaux règlements pour signifier que le prix de l’oignon reste inchangé, – à Rs 20 le demi-kilo – mais celui-ci produit localement est libéralisé, a dit Maneesh Gobin. Il devait aussi affirmer que la libéralisation de l’oignon Toupie apporte « grand soulagement » à la communauté des planteurs de Belle-Mare, Palmar et Trou d’Eau Douce où se trouve un grand nombre de planteurs. « Tous les Mauriciens apprécient l’oignon Toupie pour sa saveur et goût unique », a osé estimer le ministre. Et de regretter que ces dernières cinq années, la superficie sous culture de l’oignon Toupie ait diminué.

« Nous ne sommes pas d’accord avec cette situation. S’adressant aux planteurs à Trou d’Eau Douce au début de la récolte, le ministre a déclaré que tout le monde apprécie cette variété de l’oignon qui est couramment utilisé dans le biryani. Il soutenu que la Covid-19 a mis en exergue l’urgence de produire localement car « zour nepli kapav inport nou mor de fin ». On peut produire localement car le gouvernement est là pour accorder toutes les facilités requises, a-t-il dit déclarer en présence du ministre de la Pêche, Sudheer Maudhoo, du PPS, Rajanah Dhaliah et le ministre, des Tic, Deepak Balgobin et le General Manager de l’Agricultural Marketing Board (AM), Vikash Oree.