- Publicité -

Après 22 jours de grève – Nishal Joyram : « Lekor nepli kapav swiv »

Après 22 jours de grève de la faim et une nuit passée à la City Clinic, Nishal Joyram a mis fin à son action de protestation contre les prix des carburants, évoquant des raisons de santé.

- Publicité -

« Nou ti rant dan lagrev lafin pou enn koz. Lakoz se bes pri karbiran a Moris. Finn ariv enn pwin kot finn pran desision akoz mo lasante ti komans deteriore ek dokter finn konsey mwa ki pou ena bann tras ireversib ek li preferab ki les sa lagrev-la. Lekor nepli kapav swiv me konba pou fer bes pri kontinie », a-t-il expliqué lors d’une déclaration à la presse, à sa sortie de la clinique, hier en début d’après-midi.

Selon lui, par personne interposée, il a appris que les autorités auraient exigé depuis quelques jours qu’il mette fin à sa grève de la faim pour entamer des négociations en vue de décanter cette situation des prix des carburants. « Inn dir nou si pa kontinie lagrev-la, pou ena enn bes pri karbiran. Mo konba pa ti kont gouvernma ou rezim anplas, me pou enn koz. Si Premie minis dir aster li pou ouver kan monn aret lagrev, mo trust ki li pou respekte seki linn dir », a avancé l’éducateur.

Il soutient d’ailleurs qu’il ne compte pas faire partie des discussions qui auront lieu avec les autorités. « Mo pa pou rant dan negosiasion ar Premie minis ou gouvernman. Monn deza fer li lademand a plizier repriz, li pann ouver laport. I am not a beggar », soutient-il. Il lance un appel pour que « le bon sens prévale » au sein du gouvernement.

Toutefois, il affirme qu’il suivra la situation de près et que le comité de soutien décidera de la marche à suivre dans pas longtemps. « Si pri pa bese, nou ena enn seri aksion ki planifie », a-t-il poursuivi.

Nishal Joyram a aussi déclaré que durant ces derniers jours, d’autres citoyens ont signifié leur intention de se joindre à sa grève de la faim, mais il dit les avoir découragés, notamment face au manque de réaction du côté du gouvernement.
Le quinquagénaire a dressé un parallèle entre son vécu et l’histoire du serpent et de la scie.  « Il ne faut pas que le gouvernement soit le serpent qui s’enroule autour de la scie. Li pou kontinye bles li ek kontinye koup li », a-t-il dit. Ainsi, selon lui, la scie représente la population. « Je ne suis qu’un instrument aujourd’hui. Le nombre de visites que j’ai reçues démontre que la population souffre également », a déclaré l’éducateur.

Il met aussi en avant que durant ces dernières semaines, il y a eu des tentatives pour le blesser tout au long de son action. « Bann atak personel, remet an kestion lafason don mo pe fer mo lagrev », a-t-il soutenu. Il a en dernier lieu remercié « tous les Mauriciens qui (l’ont) soutenu » et ont prié pour lui. De même, il a été élogieux envers le Comité de soutien, qui l’a entouré durant cette grève de la faim, et surtout le Dr Vasantrao Gujadhur, l’ex-directeur des services de santé publique, qui a assuré le suivi de ses conditions médicales durant ces 22 jours.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour