Photo illustration

– Une quarantaine d’Agaléens en mode attente depuis lundi dernier pour la quatorzaine en vue du départ pour l’archipel

Après le dernier voyage accompli vers Agalega début mars dernier, le MV Trochetia a mis cap le mois suivant sur le port de Colombo, au Sri Lanka, pour d’importants travaux de carénage et de réparation. Le navire mauricien a ainsi été en cale sèche environ quatre mois. Mais selon le site Vessel finder.com, le MV Mauritius a quitté Colombo le 27 août dernier, et « the vessel is on route to the port of Port Louis Mauritius and is expected to arrive there on September 3, 14h15 ».

Depuis le début de la semaine écoulée, des Agaléens, impatients de rentrer chez eux, attendent en vain une communication des autorités au sujet de leur entrée en quatorzaine (procédure obligatoire pour rentrer dans l’archipel), mais l’Outer Islands Development Corporation reste silencieuse sur cette question. « Bann ofisie OIDC pa le donn nou sa informasyon-la. Wadir enn sekre… »  confient des Agaléens en attente.

Il y aurait environ une quarantaine d’Agaléens à Maurice depuis plusieurs mois, et ce, pour différentes raisons – certains sont arrivés au mois de mars et d’autres depuis la fin de l’année dernière. Mais depuis un moment déjà, ils souhaitent rentrer chez eux. On dénombre notamment un petit groupe de jeunes qui poursuivent leurs études secondaires à Maurice et qui retournent pour les vacances du second trimestre. Mais l’attente d’un bateau pour cette quarantaine d’Agaléens a duré trop longtemps, et ils sont à présent à bout de nerfs.

Durant le week-end dernier, et davantage lundi dernier encore, la nouvelle selon laquelle l’entrée en quatorzaine était imminente s’est propagée parmi les Agaléens attendant leur départ, ce qui a créé un peu d’effervescence. « Ena dimounn dan OIDC ti pe dir nou ki nou pu al dan karantenn mardi e nou finn fer demars vit-vit pou terminn nou bann acha. E nou finn fini anvoy nou bann bagaz dan kontener a Pailles depi lindi dernye. Tou nou bann zefe personel dan kontener e aster-la nou pa kone kan pou ale », lance une mère de famille, visiblement agacée.

Plusieurs passagers en attente confient au Mauricien que cette situation est de plus en plus stressante pour eux et pour les membres de la famille, qui attendent leur retour. « Nou finn kwar ki nou pre pu ale e nou finn anvoy nou bann zafer personel dan kontener. Nou finn gard zis enn ti sak ek bann kitsoz esansiel ki nou pu bizin pandan nou sezour dan karantenn. Nou kone ki bato pre pou retour dan Moris me personn pa le dir nou kan nou pou kapav ale. Bann ofisie per pou koze kan nou poz kestyon. Zot pe fer enn sekre lor nou depar e sa sitiasyon-la pe afekte nou moral », témoigne avec un brin de colère un autre passager.

Plusieurs Agaléens dans l’attente de leur départ nous affirment qu’ils seraient en outre à court de provisions depuis quelques jours, étant donné qu’ils ont pratiquement tout envoyé dans les containers pour leur retour chez eux. « Nou finn tann dir ki nou pe ale e nou finn ramas bann aliman ki nou finn aste pou servi dan Moris kouma dile, dite ek bann bwat konserv. Nou finn anvoy tou dan kontener. Nou bizin fer lezot depans aster-la pou nou manze », raconte un autre Agaléen.

À Agalega, on se demande si les enfants qui sont au collège à Maurice pourront rentrer et passer les vacances en famille alors que le deuxième trimestre débute… le 13 septembre, soit dans neuf jours. Selon nos informations, si la date du prochain voyage du MV Trochetia vers Agalega est encore incertaine, c’est parce que beaucoup d’éléments d’ordre administratif relevant de la responsabilité du Mauritius Shipping n’auraient pas encore été réglés. « Tan ki bato pa ankor rant dan Moris, pa kapav desid nanyen », nous expliquent des professionnels des services portuaires.

Par ailleurs, pour ce prochain déplacement pour l’archipel, le MV Trochetia afficherait House Full. Le bateau, s’il ne transporte pas de Dangerous Cargo peut accommoder une centaine de passagers. Or, outre la quarantaine d’habitants d’Agalega, une trentaine d’officiers de trois ministères, à savoir de l’Environnement, de l’Education et de la Santé partent en mission dans l’archipel. Sans compter une trentaine d’ouvriers indiens travaillant pour le compte d’Afcons Infrastructure, en attente depuis le début de l’année à Maurice, qui sera aussi du voyage, de même que des cadres de cette multinationale indienne engagés dans les importants travaux en cours que ce soit pour la nouvelle piste d’atterrissage ou la jetée.