Plusieurs associations hindoues sont montées au créneau pour dénoncer « les critiques injustes et la campagne de Character Assassination à l’encontre de l’ancien juge Bhushan Domah qui présidait la commission Britam. Ils se sont réunis au siège de l’Arya Sabha où ils demandent aux contestataires de « respecter les institutions ».

« On ne peut utiliser toute sorte de langage, surtout sur les radios, pour critiquer la personne. Si quelqu’un n’est pas d’accord avec les conclusions du rapport, il y a des recours devant le judiciaire à cet effet », a soutenu Oudaye Gungoo de l’Arya Sabha. Il ajoute que « nou konn le personalite de l’ex-ziz Domah. Li fer so travay tre bien. Travay zet labou lor li pa bon. Nou kondann sa severman ».

De son côté, Poonam Sookun-Teeluckdharry, vice-présidente de l’Arya Sabha et également avocate de profession, a fait un résumé du parcours professionnel de Bhushan Domah. « C’est quelqu’un qui a fait des études en Angleterre et en France. Il a exercé comme juge non seulement à Maurice, mais aussi aux Seychelles», dit-elle. Elle estime que ses différents jugements « sont très bien travaillés ». Commentant le rapport Britam, elle trouve que le président de cette commission « s’est basé sur les faits présentés devant lui».

Oudaye Gungoo a rappelé que Bhushan Domah est un membre de leur association « qui est très actif dans le domaine du social ».  Tour à tour, les représentants de différentes associations ont demandé de « respecter les institutions », tout en faisant l’éloge de Bhushan Domah. L’Arya Sabha, la Hindu House, la Mauritius Sanatan Dharma Temples Federation, le Gahlot Rajput Sabha, le Mauritius Arya Ravived Pracharini Sabha, le Hindu Maha Sabha, le Telegu Maha Sabha et le Human Service Trust ont exprimé leur solidarité envers l’ex-juge Domah.