Branle-bas de combat, mardi, sur la côte à Baie Du Nord, à Rodrigues, tout près de la résidence de Johnson Roussety, ancien chef commissaire. En effet, une structure, servant de ‘pos peser’ et de ‘store’, appartenant à Gino Grandcourt, a été démontée par les autorités de l’île. Cette structure est jugée illégale, ne faisant pas l’objet d’un permis d’opérer ni de construction. Une forte mobilisation policière était notée, des officiers de la fonction publique qui avaient reçu des ordres, ainsi que des dizaines de badauds et de sympathisants du propriétaire Grandcourt. On aura également vu la présence de politiciens.

La tension était palpable à Baie Du Nord et des négotiations afin de parvenir à un compromis a duré presque une demi-journée et finalement vers 13 h 30, l’opération a débuté. Il y a eu la présence remarquée de Johnson Roussety et Tico Robertson, qui ont tenté de calmer les choses et s’engager dans les discussions pour une entente sans violence.

Pour Gino Grandcourt, un entrepreneur connu pour sa débrouillardise, étant planteur, éleveur et engagé dans le tourisme, cette action est injuste et est liée à la politique. Une structure qui, selon lui, a pris plus de trois mois pour voir le jour. Certains disent qu’il aurait mieux valu régulariser la situation au lieu de procéder carrément à une démolition. « Zot pe kraz li zordi, be mo pou fer Serge Clair plezir mo pou ranz enn lot pli tipti demin mem la. Zordi zot pe fer mo leker fermal, demin zot osi zot leker pou fermal », a-t-il déclaré.

Gino Grandcourt se demande si vraiment le chef commissaire, Serge Clair, est informé de ce qui se passe à Rodrigues. « Mo ena permi Pleasure Craft pou amenn dimounn lor zil. Ek mo gard tou mo bann lekipman dan sa batiman -la. La zot pe demont batiman-la, me kan zot ti vini gran matin zot ti vinn avek JCB pou kraz batiman la. Se enn dominer ki pe fer avek mwa parski dan Rodrig pa zis mo tousel ki ilegal. Li pa korek seki zot pe fer. Se enn zafer politik sa. Sa ve dir mo bizin met enn triko blan lor mwa pou zot pa kraz mo lakaz. Be mo fer zot kone ki mo pa pou met triko blan la zame mwa. Ek mo ena ankor lakaz, pran zot JCB vinn kraz tou », dit-il.

Et de trouver déplorable la manière dont il est traité aujourd’hui. « Zot inn deside pou azir pa bon ek mwa la. Tou bann konstriksion ilegal ki ena lor bor simin, gagn kouran mem pena permi. Sa zot pa trouve. Mo pou rekonstrir ankor parski mo pa per zot mwa. Demin mo pou remont enn pli tipti lamem la. Parski Cadastre dir mwa mo striktir tro gran. Be mo pou remont li pli tipti », indique Gino Grandcourt.

L’entrepreneur dit avoir négocié avec les autorités afin de bénéficier d’une semaine de sursis pour démonter sa structurr. Ce qui lui aurait été refusé. « Lerla zot inn vinn demont li pou amenn dan travo. Enn zafer koumsa zame inn arive dan mo lavi. Zot pa anvi donn mwa okenn dele parski zot inn anvi kraz li. Lamem mo por anbarkasion pou al dan zil », soutient-il. Rajoutant que cette structure date de plus de deux ans et que des commissaires, ainsi ‘ki depite lasanble nasional’ sont venus faire un constat de visu et l’auraient même félicité « dir mwa li bon, mo pe fer devlopman’. Mais aujourd’hui, Gino Grandcourt se retrouve face à une action tout à fait légale. Mais, dit-il, « sa pa pou reste la. Mo pou al pli loin ek sa zafer la ».