photo d'illustration

– Deux mineurs quittent leur centre de quarantaine, à Grand-Baie, pour se rendre à la plage

Deux enquêtes pour “breach of Quarantine Act” ont été initiées par la police de Curepipe et Grand-Baie. Le premier cas concerne les activités se déroulant dans une salle de mariage, où un résident (53 ans) dit noter qu’à chaque événement, la salle accueille plus de 50 invités, dont la majorité ne porte pas de masque. Le quinquagénaire, voisin de cette salle, dit vivre « un véritable calvaire » à chaque fois en raison du bruit, mais aussi du fait que les invités garent leurs véhicules « n’importe comment », y compris devant son entrée.

Il en veut pour preuve une cérémonie qui se serait déroulée lundi dans cette salle. Non seulement il y avait plus de 50 invités, dit-il, mais ils déambulaient sans leur masque. D’ailleurs, dit-il, son fils a filmé la scène et se propose de donner la vidéo aux enquêteurs. Le plaignant ajoute avoir cherché une solution à l’amiable avec le propriétaire des lieux, mais que celui-ci aurait fait la sourde oreille. Estimant que la situation porte préjudice à sa famille et lui, et qu’ils sont exposés à un danger sanitaire, il a donc décidé de porter plainte à la police.

Par ailleurs, un policier de service dans un centre de quarantaine de Grand-Baie patrouillait sur la plage de la localité mardi soir quand il a remarqué de la lumière émanant d’une lampe torche près de la “boat house”. Après quoi il a aperçu trois personnes courir en direction de l’hôtel. Le policier a pourchassé les suspects et les a interceptés quelques mètres plus loin. Ces derniers – un habitant de Pointe-aux-Sables (37 ans), sa fille (13 ans) et son fils (11 ans) – ont alors expliqué qu’ils étaient placés en quarantaine et qu’ils avaient voulu « prendre l’air ».

Tous trois ont été emmenés à la réception de l’hôtel, où un infirmier a confirmé qu’ils n’avaient pas le droit de quitter leur chambre. Ils ont de fait été avertis qu’ils avaient commis une infraction à la Quarantine Act. La police n’a pas encore décidé si elle verbalisera également les deux mineurs.