Un mécanisme pour le monitoring des prix des commodités couramment utilisées par le grand public. C’est ce que réclame le tandem Mauritius Labour Congress (MLC) et la All Workers Federation (AWF) dans un mémoire adressé cette semaine au ministère des Finances dans le cadre des consultations pré-budgétaires.

Le tandem MLC-AWF estime que le contrôle des prix de la pomme de terre et de l’oignon n’est pas suffisant pour aider les consommateurs à effectuer des achats dans les meilleures conditions en cette période de hausse des prix généralisée ces derniers temps.

Selon le président du tandem MLC-AWF, Haniff Peerun, un Pricing Fixing Mechanism est plus que nécessaire durant cette période de confinement sanitaire ou de « nombreux commerçants continuent à pratiquer des prix exorbitants » sur les légumes, la nourriture et le médicament. Il affirme qu’un contrôle des prix sur ces trois catégories de commodités soulagera les consommateurs. Aussi, il devait faire remarquer que les consommateurs des zones rouges font face actuellement à un véritable problème de hausse des prix des commodités courantes dans les boutiques du coin. Il faut que les inspecteurs du ministère du Commerce et de la Protection des consommateurs sévissent dans ces zones, insiste le syndicaliste.

Au chapitre du gaspillage des fonds publics, ce tandem syndical propose l’abolition des postes de vice-présidents de la République, des vice-premiers ministres et des advisers. Haniff Peerun dit constater que chaque année le bureau de l’Audit fait état du gaspillage des fonds publics mais aucune sanction n’est prise à l’encontre des fautifs. Il propose ainsi que le gouvernement vienne de l’avant avec une formule pour rendre redevables ceux s’adonnant au gaspillage des fonds publics. Il demande aussi au gouvernement d’abolir l’Entertainment Allowance des ministres et députés. Ces allocations sont largement supérieures au salaire minimum, fait-il remarquer. Le syndicaliste demande aussi d’abolir les missions ministérielles à l’ étranger.

Afin d’améliorer le quotidien de la population, le tandem MLC-AWF demande que les dispensaires soient opérationnels au rythme de 24/7 et que les banques commerciales soient ouvertes les samedis pour permettre aux handicapés et personnes âgées d’accéder à leur compte bancaire.

Quant au combat contre la fraude et la corruption, le tandem MLC-AWF demande à ce qu’un Sitting Judge soit nommé comme directeur général de l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) en vue de redonner à cette institution ces lettres de noblesse. À ce jour, cette institution est « perçue comme un outil pour persécuter les opposants du régime ». Cette perception sera chose du passé avec la nomination d’un sitting judge à la tête de cette institution, a-t-il déclaré.

Pour ce qui est du recrutement dans la Fonction publique, le syndicaliste demande que les résultats des examens de ceux ayant postulé pour un poste soient remis aux candidats afin d’ éclaircir les zones d’ombre entourant les critères de recrutement.

Quant aux jours fériés, le syndicaliste dit constater qu’un certain nombre tombe durant le week-end. Il demande à l’État de compenser les travailleurs pour un jour de congé additionnel durant la semaine.

Au regard de la santé publique, le tandem MLC-AWF demande à l’État d’encourager la télémédecine dans les services publics et d’introduire un carnet de santé pour toute la population mauricienne. Et pour combattre des cas de négligence médicale, le syndicaliste demande à ceux qui sont fautifs d’être redevables de leurs actes sur le plan personnel. « Cela est nécessaire pour que le personnel médical fasse bien leur travail pour ne pas être poursuivi directement », a conclu le président du tandem MLC-AWF.