L’un des composants des caméras de Safe City est la reconnaissance faciale. Or, à ce jour, cet élément n’est pas encore activé car des tests y sont effectués.

Mardi après-midi à l’Assemblée nationale, le Premier ministre, Pravind Jugnauth, qui répondait à une précédente question supplémentaire du député de l’opposition, Richard Duval sur le composant de reconnaissance faciale des caméras de Safe City a déjà été mis en opération. Selon le Premier ministre, “c’est une application biométrique qui permet d’identifier de manière unique ou vérifier une personne en comparant les formes basées sur les contours du visage de la personne.

Cette technologie sera utilisé pour suivre le mouvement des criminels récidivistes, les personnes recherchées et celles portées disparues.” Les images de ces catégories de personnes seront téléchargées sur la base de données du système par des policiers formés et autorisés.

Il fait ressortir qu’en ce moment, le composant de reconnaissance faciale n’est pas opérationnel, car elle est en phase de test et de validation. Après cette étape que le composant de la technologie de reconnaissance faciale des caméras Safe City sera mis en application. La technologie de reconnaissance faciale est l’un des composants des caméras du projet Safe City.