Pravind Jugnauth : « Un grand pas dans la lutte pour la reconnaissance de Maurice sur les Chagos »

L’Union postale universelle (UPU), lors de son 27e congrès, qui se tient actuellement à Abidjan, en Côte d’Ivoire, a adopté une résolution stipulant qu’elle cessera d’enregistrer, de distribuer et de transmettre des timbres-poste des British Indian Ocean Territory (BIOT), ajoutant qu’elle mettra un terme à toutes références à cet acronyme.

Une décision qualifiée mercredi par le Premier ministre, Pravind Jugnauth, « d’historique », dans la mesure où c’est la première fois qu’une agence spécialisée des Nations Unies adopte formellement les mesures concrètes afin de mettre en œuvre la résolution 73 /295 des Nations Unies adoptée par l’Assemblée générale de l’Onu en mai 2019. Cette résolution stipule que les Nations Unies et toutes les agences spécialisées reconnaissent que l’archipel des Chagos fait partie intégrante du territoire mauricien. Par conséquent, personne ne peut prendre aucune décision ou action allant à l’encontre de cette résolution, et surtout reconnaissent le BIOT.

Dans le sillage de cette résolution, l’UPU demande à Maurice qu’elle se tienne au courant de toutes les décisions concernant les opérations postales internationales aux Chagos. De plus, l’UPU cessera d’enregistrer, de distribuer et de transmettre des timbres émis par le BIOT. Ce terme ne sera par ailleurs plus utilisé dans les documents. L’UPU peut prendre d’autres mesures pour implémenter la résolution 73/295.

« Je remercie tous les pays qui nous ont soutenus et qui nous ont permis d’obtenir une majorité écrasante. Je remercie le directeur général de l’UPU, Bishar Hussein, ainsi que tout son personnel. Cela s’inscrit dans le combat que nous menons et la justesse et la cause que nous défendons pour dire que les Chagos font partie intégrante du territoire de la République de Maurice et que notre décolonisation n’est pas complète. Je souhaite que la Grande-Bretagne réalise à quel point elle va à l’encontre de la loi internationale et continue à violer les lois internationales et d’aller contre des instances comme les Nations Unies et la Cour de justice internationale », dit le Premier ministre.